BFM Business

Athènes adopte la réforme de son système de retraites et de sa fiscalité

Les 153 députés de la majorité gouvernementale, composée de la gauche Syriza et du parti souverainiste Anel, ont voté pour ce texte.

Les 153 députés de la majorité gouvernementale, composée de la gauche Syriza et du parti souverainiste Anel, ont voté pour ce texte. - AFP- Angelos Tzortzinis

"Le Parlement grec a répondu aux exigences des créanciers du pays en votant, à seulement dix voix près, ce texte largement controversé."

Alexis Tsipras a réussi son pari, malgré les 48 heures de grève générale qu’a connu son pays ce week-end. Le Parlement grec a adopté la loi intitulée "un système unifié de sécurité sociale, réforme du système des retraites et règlement de l'impôt sur le revenu" dimanche tard dans la soirée.

Elle prévoit la réduction des pensions de retraites les plus élevées, la fusion des multiples caisses d'assurance, l'augmentation des cotisations, des taxes et de l'imposition surtout pour les moyens et hauts revenus.

153 voix pour, 143 contre

L’adoption de ce projet de loi controversé était l’une des conditions posées par les ministres des Finances de la zone euro à l’ouverture des négociations sur un allègement de la dette de la Grèce. Le vote du texte avait été avancé, afin qu’il ait une chance d’être approuvé avant la réunion de l’Eurogroupe qui se tient ce lundi matin à Bruxelles.

Les 153 députés de la majorité gouvernementale, composée de la gauche Syriza et du parti souverainiste Anel, ont voté pour ce texte. Les 143 autres députés présents dans l'hémicycle, tous membres de l'opposition, ont voté contre.

26.000 manifestants dimanche

Exigée par l'Eurogroupe mais aussi par le Fonds monétaire international (FMI) en échange du nouveau plan d'aide signé en juillet dernier, cette réforme des retraites, a provoqué une mobilisation syndicale depuis vendredi et de nombreuses manifestations. Dimanche, au moins 26.000 personnes ont défilé dans les rues d’Athènes et de Thessalonique. La mobilisation était toutefois moins importante que lors de la dernière grande manifestation contre cette réforme, le 4 février, où 50.000 personnes avaient manifesté dont 40.000 à Athènes.

Cette réunion à Bruxelles survient alors que les réformes exigées en contrepartie de l'aide financière massive octroyée à l'été 2015 n'ont toujours pas reçu de satisfecit des créanciers après dix mois de discussions, ce qui bloque tout nouveau versement d’aides.

Négociations sur la dette

Quant à l’allègement de la dette, les discussions de ce lundi au sein de l’Eurogroupe diront quelle ampleur elle prendra. Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a rappelé dimanche dans une interview parue dans la presse allemande, qu’une réduction pure et simple de cette dette n’était pas envisagée. Il a tout de même souligné que la Grèce a "pratiquement atteint" les objectifs de réformes voulues par ses créanciers. Ce, avant le vote de dimanche soir.

En attendant la décision des ministres des Finances de la zone euro, la mobilisation des syndicats se poursuit en Grèce. Les bateaux assurant la liaison entre la Grèce continentale et les îles des Cyclades resteront à quai jusqu'à ce mardi 10 mai.

Adeline Raynal avec AFP