BFM Business

Allemagne: grand marchandage autour du salaire minimum

Les apprentis et les stagiaires pourraient notamment être exclus du dispositif.

Les apprentis et les stagiaires pourraient notamment être exclus du dispositif. - -

Le gouvernement allemand travaille actuellement sur la création de la loi devant introduire un salaire minimum dans le pays. Mais l'exécutif fait face aux pressions du patronat qui souhaite multiplier les exceptions.

Alors qu'elle n'est encore qu'en cours d'élaboration, la future loi introduisant un salaire minimum en Allemagne va-t-elle être vidée de sa substance?

En tout cas, les appels du pied ne manquent pas outre-Rhin, le patronat ayant toujours été défavorable à cette mesure consentie par la CDU d'Angela Merkel pour pouvoir établir une grande coalition gouvernementale avec le SPD.

"Le salaire minimum va être un vrai frein sur le marché du travail pour les plus faibles, par exemple pour les chômeurs de longue durée ou ceux qui n'ont jamais travaillé", a prévenu Ingo Kramer, président de la fédération patronale BDA, mardi 4 mars.

La fédération HDE du commerce de détail à jugé elle, le 29 janvier dernier, que cette mesure va mener bon nombre de petits commerçants à la ruine, surtout dans des régions défavorisées comme l'Est du pays. "Cela aura des conséquences pour l'approvisionnement de proximité et pour le marché du travail dans ces régions", prévient-elle.

Les stagiaires et apprentis exclues

En conséquence, les fédérations patronales demandent à jouer sur un levier: les dérogations. En effet, pour satisfaire les conservateurs, l'accord sur le salaire minimum ouvrait la porte à un certain nombre d'exceptions, et à un régime transitoire jusqu'en 2017.

Le patronat veut ainsi exclure du champ du salaire minimum les stagiaires et les apprentis - ce qui semble faire l'unanimité -, mais aussi les débutants non-qualifiés, les retraités, les travailleurs saisonniers, les livreurs de journaux...

Elles s'irritent aussi que le salaire envisagé soit le même pour tout le pays, alors que pour le moment les salaires en ex-RDA sont toujours inférieurs à ceux de l'Ouest.

Un tiers d'exceptions?

L'institut de recherche économique DIW estime qu'au 1er janvier 2015, date à laquelle le salaire plancher doit entrer en vigueur, 4,5 millions de personnes en Allemagne devraient en profiter. Mais les exceptions discutées actuellement pourraient empêcher 1,5 million d'entre elles d'y accéder finalement, estime Karl Brenke, un de ses économiste.

Outre les questions évidentes de politiques intérieures, ce salaire minimum est une réponse indirecte aux pressions auxquelles l'Allemagne fait face. Mercredi 5 mars, la Commission européenne a demandé à Berlin à mettre en œuvre des mesures pour soutenir sa demande intérieure et son potentiel de croissance. Un salaire minimum qui fourmillerait d'exceptions aurait ainsi de fortes chances de déplaire à Bruxelles.

J.M. avec AFP