BFM Business

A quand un salaire minimum en Allemagne?

En Allemagne, il n'y a pas de salaire minimum généralisé. Mais l'explosion de la précarité dans le pays fait évoluer les mentalités.

En Allemagne, il n'y a pas de salaire minimum généralisé. Mais l'explosion de la précarité dans le pays fait évoluer les mentalités. - -

Le salaire minimum est devenu un des sujets majeurs de la campagne des législatives allemandes, qui se tiennent dimanche 22 septembre. Focus sur un sujet qui relativise l'exemplarité du modèle allemand.

Au cours de cette semaine précédant les élections législatives allemandes, BFM Business se penche sur différents aspects de l'économie outre-rhin, ses forces, ses faiblesses, ses particularités. Après le chômage partiel et les PME et ETI, zoom sur le salaire minimum ce mercredi 18 septembre.

Il n’existe pas de smic en Allemagne. Mais avec l'explosion de la précarité dans le pays, cela pourrait changer. Le sujet est en tout cas un thème majeur de la campagne électorale.

Actuellement, le niveau des salaires est exclusivement l’affaire des partenaires sociaux. Pas question donc d’instaurer un smic généralisé qui signifierait la fin de leur pouvoir décisionnaire. Ce sont eux qui fixent, branche par branche, un salaire plancher.

Mais depuis les réformes du début des années 2000, les salaires dérapent à la baisse dans les secteurs qui sont dépourvus de représentants syndicaux. 1,5 million d’Allemands travaillent aujourd'hui pour moins de 5 euros de l’heure, selon l'Institut du travail et de la qualification.

Plus de pauvres en Allemagne qu'en France

Il y a même proportionnellement plus de pauvres et d’exclus en Allemagne qu’en France. Le risque de pauvreté s'élève ainsi à 20% chez nos voisins outre-Rhin, contre 16,6% en France selon l'office des statistiques européen Eurostat. Face à ce constat, les syndicats militent pour un salaire minimum de 8,5 euros brut. Dans l'Hexagone, il est de 9,43 euros.

Le syndicat des services Ver.di, qui regroupe 2,1 millions d'adhérents, a ainsi lancé une campagne publicitaire dont le personnage principal, Heinrich, gagne 4,18 euros de l’heure. "Ne laissez pas l'Europe suivre le modèle allemand", conclue le spot.

Le sujet s’est invité dans la campagne électorale. Les sociaux-démocrates sont pour, et depuis que les sondages montrent qu'une majorité d'allemands aussi. Angela Merkel n'y est plus aussi fermement opposée.

Début mars, le Bundesrat, qui représente les seize Etats régionaux, s’était prononcé pour un salaire minimum horaire de 8,50 euros, applicable dans tout le pays, ce qui n’existe pas actuellement en Allemagne.

Le Bundestag, chambre basse du Parlement allemand, où les partis de la coalition gouvernementale conservatrice et libérale ont la majorité, doit encore se pencher sur ce projet de loi qui, selon toute vraisemblance, sera rejeté.

Delphine Liou