BFM Business

Le smic allemand peut-il nuire à l'économie?

Les instituts économiques allemands divergent sur les conséquences économiques de l'instauration d'un salaire minimum outre-Rhin.

Les instituts économiques allemands divergent sur les conséquences économiques de l'instauration d'un salaire minimum outre-Rhin. - -

La chancelière allemande Angela Merkel a annoncé, ce jeudi 21 novembre, qu'un salaire minimum serait finalement instauré en Allemagne. Comment cette mesure peut-elle peser sur l'économie outre-Rhin?

L'Allemagne se dote d'un salaire minimum généralisé. Angela Merkel, l'a annoncé ce jeudi 21 novembre. Une concession de la chancelière allemande aux sociaux-démocrates pour pouvoir former un gouvernement. L'instauration d'un salaire minimum peut-elle nuire à l'économie allemande? Le débat fait rage outre-Rhin.

"Un salaire minimum de 8,50 euros de l'heure nuirait à l'économie allemande et détruirait un nombre considérable d'emplois". Le verdict émane de Ferdinand Fichtner, le responsable des études conjoncturelles de l'un des principaux instituts économiques allemands, le Deutscher Institut für Wirtschaftsforschung (DIW).

Selon ses experts, un smic à un tel niveau ferait grimper de 35% le coût horaire du travail des 6 millions de personnes qui ont un salaire inférieur. Soit près d'un actif sur cinq, principalement des femmes et des travailleurs peu qualifiés.

Les entreprises exportatrices préservées

Selon un autre institut, l'IFO, l'instauration d'un salaire minimum pourrait détruire ou empêcher de créer environ un million d'emplois, principalement en ex-Allemagne de l'Est, où un quart des actifs touchent moins de 8,5 euros de l'heure.

Selon d'autres chercheurs, l'instauration d'un smic ne pénaliserait pas la compétitivité des entreprises exportatrices. Ce sont celles qui payent le mieux leurs salariés, elles sont donc peu concernées par cette mesure.

Paradoxalement, la très libérale OCDE défend, elle, le salaire minimum à 8,50 euros. Un niveau "très raisonnable" selon elle.

Le principal avantage de cette mesure, ce sont les milliards d'euros de recettes fiscales et sociales supplémentaires qu'elle devrait rapporter. Un apport que l'IAB, Institut für Arbeitsmarkt und berufsforschung, chiffre à 800 millions d'euros de plus en recette fiscales , et 1,7 million en recettes sociales.

Delphine Liou