BFM Business

Coronavirus: des étudiants infirmiers sont-ils réquisitionnés et rémunérés 28 euros la semaine?

-

- - STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Depuis quelques jours, des étudiants infirmiers se retrouvent affectés à des "services covid" pour des stages rémunérés 1,40 euro de l’heure. Une "irrégularité" liée à l’absence de loi pour encadrer ces réquisitions des élèves soignants.
"Vous trouvez normal qu'en tant qu'étudiante infirmière, on se retrouve à être réquisitionnée pour faire aide soignante dans les services covid tout ça pour être payées 1,40 euro de l'heure ?".

Ce message, posté sur Twitter mardi soir par @Marianne_Adkins devenait viral ce mercredi sur le réseau social, reposté et liké des dizaines de milliers de fois. 

Nous avons reçu un témoignage du même genre à BFMTV. D'un grand-père à propos de sa petite-fille, étudiante infirmière en première année.

"Elle devait faire son stage dans un hôpital de Normandie. On lui a dit qu’elle était réaffectée dans un autre hôpital de la région, à 90 kilomètres de là, en soins palliatifs. Et en dépit des horaires élargies, de la pression, des horreurs qu'elle va y voir, sa rémunération reste celle prévue pour son stage initial, de 35 euros la semaine", s’indignait-il.

Réquisitionner des étudiants est illégal

Des récits de cet acabit, la Fédération nationale des étudiants en soins infirmiers en reçoit des dizaines par jour en ce moment. Des appels et des mails d’étudiants infirmiers mis en première ligne dans la lutte contre le coronavirus, au bout d’à peine un an d’étude, à des salaires dérisoires.

Des étudiants qui rapportent aussi que là où ils ont été affectés, "ils n'ont qu'un masque pour toute la semaine, ou aucune protection parce qu’elles vont en priorité aux 'vrais' soignants", se désole Felix Ledoux, le président de la Fnesi. 

La situation est d’autant plus irrégulière qu’actuellement, il est illégal de réquisitionner des étudiants soignants dans les hôpitaux. Le plan blanc, lancé le 14 mars dernier à l’occasion du passage de la France au stade 3 de l’épidémie, permet bien aux hôpitaux de réquisitionner des soignants, mais des professionnels: des retraités, des médecins de villes, des infirmières libérales, etc. Pas les étudiants.

Les écoles fermées, mais les stages maintenus 

Pour envoyer les élèves infirmiers au front, il y a néanmoins une parade: les stages. Dès la première année de cours, il faut réaliser un stage de 5 semaines dans un établissement de santé. Et même cette année, alors que les Instituts de formation en soins infirmiers ont fermé (comme toutes les écoles de France le 16 mars), les stages ont été maintenus. Or ces derniers jours, des cohortes d’étudiants qui faisaient leur stage dans des services "rééducation", "chirurgie" ou autres, se retrouvent réaffectés dans des "unités Covid".

De quoi contrarier leur fédération. "Ces stages n’ont plus rien de pédagogique. Les étudiants ne sont pas encadrés parce que le service est sous l’eau, et leurs missions ne sont plus du tout les mêmes qu’un stage classique", souligne l’organisation qui représente les 94.000 étudiants infirmiers de France. Quant à leur rémunération, c'est effectivement celle prévue pour tout stage: 28 euros par semaine en 1ere année, 38 euros en 2ème, et 50 euros en 3ème année.

Et comme ces stages comptent pour valider l’année, "les étudiants qui contesteraient leur affectation craignent d’être mal notés, ou de recevoir de mauvais commentaires", pointe notre grand-père de future infirmière. 

Bientôt une loi pour les réquisitions d'étudiants

Chaque fois qu’elle reçoit un témoignage sur des irrégularités de ce genre, la Fédération des élèves infirmiers le remonte à ses ministères de tutelle, ceux de la Santé et de l’Enseignement supérieur et de la recherche, qui "réagissent très vite pour régulariser", affirme Felix Ledoux. 

Quoi qu’il en soit, la situation des étudiants soignants devrait être beaucoup mieux encadrée sous peu. "Un décret autorisant la réquisition des élèves infirmiers va paraître dans les prochains jours, et il définira notamment leurs horaires et leur rémunération", prévient le président de la Fnesi.

En attendant, son organisation les encourage à se porter volontaires pour aider les hôpitaux, mais "à condition qu’ils aillent à l'arrière, dans des services délaissés par des soignants professionnels partis aider les Covid. Et surtout, qu’ils soient correctement équipés et rémunérés". 

Felix Ledoux compte à ce titre sur l’aide des régions. En Ile-de-France par exemple, la présidente Valérie Pécresse a appelé les 15.000 étudiants infirmiers franciliens “à venir en renfort des hôpitaux publics et privés”. Pour les rémunérer, elle a indiqué que la région allait débloquer de quoi les payer 1540 euros bruts pour ceux de première année et 1830 pour ceux de deuxième et troisième année. 

Nina Godart