BFM Business

"Un miel sur trois, en grande distribution, risque d'être frauduleux", dénonce Arnaud Montebourg

Le fondateur de "Bleu Blanc Ruche" et ancien ministre de l’Économie défend "le combat" que mènent les marques équitables pour mieux rémunérer les producteurs et répondre davantage aux attentes des consommateurs.

Avec d'un côté des "consom'acteurs" qui souhaitent manger mieux et comprendre ce qu'ils mangent, de l'autre des producteurs qui aspirent à une plus juste rémunération, le positionnement des marques et des producteurs évoluent. Une tendance que salue Arnaud Montebourg, fondateur de "Bleu Blanc Ruche" et ancien ministre de l’Économie et du Redressement productif.

Invité ce mardi dans l'émission Good Morning Business, il rappelle que "oui", "les Français disent dans les boutiques, dans leurs actes d'achats, qu'ils votent avec leur carte bleue". Mais il tient à le souligner, il existe aujourd'hui également "un mouvement (…) de recherche du tricolore dans les linéaires". Or le problème tient au fait, poursuit l'ancien ministre de l’Économie, "que le code des douanes européen aujourd'hui ne permet pas de donner la preuve que finalement tout a été fabriqué en France ou de façon dominante". Et c'est, selon l'ancien ministre, là que le bât blesse. 

Une concurrence chinoise opaque

Concernant la filière apicole, il précise que la concurrence chinoise, au-delà de s'avérer importante, "brille" surtout par son opacité. Les consommateurs ainsi que les acteurs de la filière tricolore en seraient les premières victimes, toujours selon le ministre.

"Les Chinois ont détruit toutes les cargaisons, tous les conditionneurs de miel français et de nombreux apiculteurs français", assure-t-il. Et de poursuivre: "Ils les ont détruits de façon unilatérale. (…) Nous, avec l'ensemble de la filière, nous demandons des mesures de réciprocité. C'est-à-dire qu'il y ait, puisqu'il y a des mesures d'interdiction du miel français en Chine, (...) la même chose s'agissant du miel chinois".

Ce d'autant plus que ce que les consommateurs tricolores prennent pour du miel européen (du moins en partie) a d'importantes chances, rappelle le fondateur de "Bleu Blanc Ruche", de ne pas en être. "Les mélanges dans l'Union européenne des miels font que lorsque vous tombez sur un pot mélange 'Union européenne - non Union européenne', vous avez de très fortes chances d'avoir du miel chinois", avertit Arnaud Montebourg. "Vous avez un miel sur trois, en grande distribution dans les premiers prix qui risque d'être frauduleux".

D'où le fait qu'il préconise de se fier à des labels de référence à l'instar de la certification "Origine France Garantie".

JCH