BFM Business

Report du Black Friday: le deal proposé par le gouvernement à la grande distribution

Le gouvernement a conditionné la réouverture des petits commerces -et donc des rayons "non essentiels"- le week-end du 27 novembre au report du Black Friday, censé débuté à cette date. Leclerc et Carrefour ont d'ores et déjà donné leur accord.

Éviter à tout prix les images de cohues dans les magasins. Tel est l'objectif du gouvernement qui, dans un contexte marqué par la deuxième vague épidémique, réclame un report d'une semaine du Black Friday en contrepartie d'une réouverture des petits commerces le week-end du 27 novembre.

Les commerçants souhaitent en effet rouvrir à cette date pour pouvoir bénéficier de quatre week-ends complets avant Noël, alors que la situation sanitaire tend progressivement à s'améliorer.

Conscient des enjeux et de l'importance des fêtes de fin d'année pour nombre d'entre eux, l'exécutif semble favorable à cette réouverture, à condition donc que les représentants des commerçants, les fédérations de la grande distribution ainsi que les géants du e-commerce acceptent de lancer le Black Friday le 4 décembre au lieu du 27 novembre.

Leclerc et Carrefour prêts à se passer du Black Friday

En théorie, le gouvernement n'a aucun pouvoir d'action sur la tenue ou non de cette opération promotionnelle qui relève du secteur privé. D'où ce compromis proposé aux différents acteurs du commerce. Un deal que la grande distribution a tout intérêt à accepter puisque la réouverture des petits commerces devrait lui permettre de rouvrir les rayons de produits jugés "non essentiels".

Après une réunion qui s'est tenue ce jeudi matin à Bercy en présence de Bruno Le Maire, Carrefour a d'ailleurs annoncé la suspension de son opération du Black Friday. Sur Twitter, le président du comité stratégique de Leclerc, Michel-Edouard Leclerc, s'est dit prêt à se rallier "à une démarche collective qui irait" dans le sens d'une rouverture "des magasins le 28 novembre, en contrepartie d'un report des opérations prévues pour le Black Friday".

La Fédération du Commerce et de la Distribution voit ce décalage comme "possible". Reste à savoir si Amazon jouera le jeu. Contacté, le géant du e-commerce a indiqué qu'il se prononcerait dans la journée sur le maintien ou non du Black Friday le 27 novembre.

Gaëtane Meslin avec Paul Louis