BFM Business

Gazole: le gouvernement reconnaît étudier une hausse de deux centimes

Cette hausse doit permettre de financer les infrastructures

Cette hausse doit permettre de financer les infrastructures - Charly Triballeau - AFP

Le secrétaire d'Etat au Budget Christian Eckert a reconnu, ce vendredi 26 septembre qu'une hausse de deux centimes par litre du prix du gazole est à l'étude. Elle permettrait de financer les infrastructures de transport.

La facture risque bien de s'alourdir pour les consommateurs de diesel. Ce vendredi 26 septembre, le secrétaire d'Etat au Budget Christian Eckert a reconnu qu'une hausse du prix du gazole de deux centimes par litre, est bien à l'étude.

"On ne peut pas réclamer de nouvelles autoroutes, de nouvelles infrastructure ferroviaires, sans que nous trouvions en face des nouveaux financements et, parmi les financements, (...) une des hypothèses est effectivement une augmentation de deux centimes par litre du gazole", a-t-il déclaré sur Sud Radio.

Une mesure complémentaire de l'écotaxe

Cette mesure pourrait combler le manque à gagner découlant de la réforme de l'écotaxe, qui doit être remplacée par un péage de transit poids lourds.

"Il y a eu une modification de l'écotaxe que nous avons transformé en une contribution d'un péage de transit des poids lourds. Le produit de cette contribution est assez largement inférieur à ce qui était prévu", a constaté le secrétaire d'Etat au Budget.

"Donc, il faudra trouver des ressources pour l'investissement dans les transports publics notamment dans les routes mais pas seulement", a-t-il précisé.

"La taxation du gazole est déjà très favorable", a poursuivi Christian Eckert, ajoutant que, "si il y a des propositions de financements différentes ou complémentaires, tout ça peut évoluer".

Le gazole est le principal carburant vendu à la pompe en France avec environ 80% des volumes écoulés par les stations-service.

J.M. avec AFP