BFM Business

Danone englué dans un scandale de lait infantile en Chine

La filiale chinoise de Danone achetait un des ingrédients de son lait infantile au Néozélandais Fronterra dont certains lots serait porteurs de la toxine botulique.

La filiale chinoise de Danone achetait un des ingrédients de son lait infantile au Néozélandais Fronterra dont certains lots serait porteurs de la toxine botulique. - -

Le géant mondial des produits laitiers a annoncé, ce lundi, procéder au rappel de ses produits en Chine. Un des ingrédients qui entrent dans leur fabrication serait porteur d'une bactérie causant le botulisme.

Alerte à la toxine botulique. La Chine, puis la Russie, ont suspendu toutes leurs importations de lait de nouvelle Zélande ce lundi 5 août. En cause: la détection de bactéries pouvant causer le botulisme (une forme de paralysie) dans certains lots de lactosérum, utilisé pour la fabrication de lait en poudre et de boissons lactées.

Les lots incriminés ont été exportés vers plusieurs pays d'Asie et du Moyen-Orient, comme la Malaisie, le Vietnam, la Thaïlande et l'Arabie Saoudite. Mais c'est la Chine la principale victime de ce scandale alimentaire: le pays a importé pour presque 2 milliards de dollars de lait en poudre en 2012. Et 90% de ces importations provenaient justement de Nouvelle Zélande. Un sujet d'autant plus sensible que le pays est confronté à des scandales sanitaires à répétitions.

Coca Cola, Wahaha et Danone dans la tourmente

Plusieurs industriels sont concernés par le scandale. Au premier chef, le géant néozélandais des produits laitiers Fonterra, mais aussi Danone, le leader mondial de l'agroalimentaire se fournissant en lactosérum auprès de la coopérative de Nouvelle-Zélande. La filiale chinoise du Français, Dumex Baby Food Co., a donc dû procéder à des rappels de produits. Elle aurait importé en Chine plus de 200 tonnes de poudre de lait contaminée.

Un fournisseur de l'Américain Coca Cola et le Chinois Wahaha ont également acheté des lots incriminés. Mais ce scandale pourrait nuire tout particulièrement à Danone. Le géant français profitait justement des conséquences d'une vaste affaire de lait frelaté vendu par des industriels chinois. Les consommateurs, échaudés, se tournaient en effet vers les produits laitiers de groupes étrangers, à la réputation sans tache.

La politique de l'enfant unique bientôt assouplie?

Pas plus tard que la semaine dernière, à l'occasion de la présentation des résultats semestriels du groupe le 29 juillet, le directeur financier de Danone, Pierre-André Terisse, déclarait être "fondamentalement optimiste en ce qui concerne les perspectives de la Chine".

De quoi écorner l'image de l'industriel à un moment très inopportun: selon David Gaud, gérant senior chez Edmond de Rothschild AM en Asie, qui intervenait ce lundi matin sur BFMBusiness, Pékin est sur le point d'assouplir sa politique de l'enfant unique. Cela offrirait de belles perspectives de croissance aux géants mondiaux des produits laitiers. A condition qu'ils gardent la confiance des consommateurs…

Nina Godart et BFM Business