BFM Business

Coronavirus: pourquoi l'inventeur du gel hydroalcoolique n'a "pas gagné un centime" avec sa trouvaille?

Didier Pittet est le médecin suisse qui a développé la formule de la solution pour l’hygiène des mains, indispensable en ces temps d’épidémie de coronavirus. Mais plutôt que de s’assurer de confortables revenus avec son invention, il a préféré faire don de la formule à l’OMS et ainsi sauver des vies.

Avec une invention pareille, Didier Pittet avait de quoi se frotter les mains. Médecin infectiologue et épidémiologiste, ce professeur travaille à l’hôpital universitaire de Genève, en Suisse.

Au début des années 90, il s’intéresse aux maladies nosocomiales et souhaite trouver des solutions pour éviter leur propagation. Il cherche une alternative, plus rapide et plus simple, que le lavage des mains auquel s’astreint le personnel soignant jusqu’à vingt fois par heure. 

Avec le pharmacien de l’hôpital, Didier Pittet cherche une solution pour remplacer le savon. L’alcool s’avère être la plus efficace. Sur cette base, ils mettent au point la fameuse formule du gel hydroalcoolique que tout le monde s'arrache en ces temps d’épidémie du coronavirus.

"Grâce à ce gel, nous avons pu entreprendre une révolution dans les soins aux patients, en remplaçant l'eau et le savon dans l'hygiène des mains, matériellement impossible pendant les soins. J'ai été aidé par une équipe, et par le relai de l'OMS", explique Didier Pittet à Bonsoir Bruce. 

Cette solution contient, en plus de l'alcool, du glycérol (émollient protecteur) et du peroxyde d'hydrogène (H2O2, un auto-stérilisant). 

On le surnomme "docteur mains propres"

Le personnel soignant l’adopte et les infections nosocomiales chutent de 7- 8%. Ses résultats sont publiés dans une revue internationale, et suscite l’intérêt d’hôpitaux du monde entier. La consécration vient en 2005, quand l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) décide de soutenir le déploiement de cette solution. Didier Pittet prend alors en charge d’un programme mondial baptisé "Clean hands save your life” (lavez-vous les mains et sauvez votre vie) qui est à ce jour adopté par plus de 191 Etats membres des Nations unies.

La formule du gel hydroalcoolique attise les convoitises de l’industrie pharmaceutique. En 2006, celui que l'on surnomme "docteur mains propres" est en visite au Kenya et s’aperçoit que le flacon de gel hydroalcoolique est conservé dans une boite cadenassée afin d’en limiter l’usage, tellement son prix est exorbitant.

Une formule accessible en ligne

Pour éviter que des intermédiaires s’arrogent sa fabrication et le commercialise au prix fort, le médecin transfère la propriété de son brevet à l’OMS, qui en publie la formule pour que chacun puisse le fabriquer à moindre coût, selon les ressources locales.

"Je n'ai pas gagné un centime, on a créé cette formule et on l'a modifié pour qu'elle soit libre de brevet. On a utilisé de la glycérine avec l'alcool, on a fait don de l'idée à l'OMS pour pouvoir le produire localement", poursuit-il 

Si il avait reçu 0,1 centime par flacon vendu chaque année, le médecin suisse aurait pu encaisser 1,7 milliard d'euros. Bernard Gruson, ancien directeur général des hôpitaux universitaire de Genève le qualifie, avec humour de "médecin le plus cher au monde, par le manque à gagner qu’il engendrait", relate le quotidien suisse Le Temps.

Mais en contrepartie, ce sont 8 millions de vie qui sont sauvées chaque année grâce à son invention. Et pour ses services rendus à la prévention des infections liées aux soins au Royaume-Uni, il a été élevé en 2007 au rang de commandeur de l’Ordre de l’Empire par la reine Elisabeth II d’Angleterre – l’anoblissement le plus élevé pour un étranger.

Coralie Cathelinais