BFM Eco

Cette maire normande dit non à Amazon et à ses 150 emplois

La maire de la commune de Mondeville dans le Calvados se dit farouchement opposée à l'implantation d'un entrepôt Amazon de 10.000 m² sur sa commune qui devait créer 150 emplois.

Amazon n'est pas le bienvenu à Mondeville. La maire de cette petite commune du Calvados de 10.000 habitants en banlieue de Caen vient d'annoncer sur sa page Facebook qu'elle comptait s'opposer fermement à l'implantation du géant américain sur sa commune, rapporte Ouest France.

Après Chartres et Tremblay-en-France en début d'année, Mondeville est donc la troisième commune française à s'opposer à la construction d'un entrepôt de e-commerce, alors que ce dernier devait pourtant créer 150 emplois. Hélène Burgat, maire divers gauche de la commune, assure que la firme s'est avancée masquée pour prospecter.

"Il a fallu que je sois très très insistante, voire menaçante pour obtenir le nom d'Amazon", explique-t-elle dans Bonsoir Bruce.

Sur Facebook, la maire détaille les raisons de son opposition.

"L’impact social, économique et environnemental d’Amazon, géant du numérique a été mis en lumière par de nombreux rapports:  -Pour un emploi créé par Amazon, plus de 2 seraient détruits dans le commerce physique traditionnel: a promesse est de 150 emplois nets créés : combien de centaines seraient détruits sur le territoire? -L’essentiel du chiffre d’affaires d’Amazon réalisé en France serait dissimulé -Les conditions de travail et des techniques managériales imposées à une main d’œuvre précaire peu qualifiée seraient particulièrement pénibles -Le volume des achats (15 milliards par an), le stockage numérique de ses données, le développement de la livraison ultra-rapide impactent fortement l’environnement.

Au micro de BFMTV, elle explique ne pas vouloir entrer dans une bataille de chiffres avec le géant américain qui se défend de créer des emplois. "Ils ont créé des emplois, mais ils en ont détruit aussi !", relate-t-elle

5000 emplois en CDI en trois ans

La commune qui abrite le centre commercial Mondeville 2 très prisé des Caennais (2000 emplois) va donc tenter de s'opposer à l'implantation d'Amazon.

Hélène Burgat assure avoir le soutien de Joël Bruneau, maire LR de Caen dans sa démarche pour mobiliser les acteurs locaux contre Amazon. Même si elle reconnaît que sa marge de manœuvre est étroite. Cette maire d'une commune "de 10.000 habitants et 10.000 emplois", comme elle la décrit se défend d'être "anti-entreprises". "J'ai toujours défendu les entreprises qui voulaient s'implanter sur le territoire. C'est la première fois de ma vie que je m'oppose à un projet économique". 

A quelques jours du Black Friday, Amazon est la cible de nombreuses attaques. Des ONG critiquent son optimisation fiscale et son impact environnemental. La Ville de Paris souhaite compliquer ses livraisons voire les interdire dans certains quartiers de la capitale. Et un rapport de l'ancien secrétaire d'Etat au numérique Mounir Mahjoubi accuse le groupe de détruire plus d'emplois qu'il n'en crée en France.

De son côté, Amazon qui emploie 9300 salariés en France, rappelle qu'il en a créé 5000 en CDI depuis trois ans. "Sans compter les dizaines de milliers d'emplois dans la logistique", précise Frédéric Duval, directeur général d'Amazon France. La firme va par ailleurs embaucher 9000 intérimaires pour les fêtes de fin d'année.

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco