BFM Business

227 magasins de proximité Carrefour sans repreneur sont menacés de fermeture

Parmi les 273 magasins de proximité Carrefour menacés de fermeture, 227 n'ont pas trouvé de repreneurs, selon une note confidentielle publiée par Midi Libre. Les offres doivent être déposées avant le 4 juin. Toutes les régions sont concernées et 2100 emplois sont en jeu.

La facture sociale du plan de restructuration en cours chez Carrefour promet d'être douloureuse. Sur les 273 magasins de proximité de l'enseigne menacés de fermeture, la plupart, soit 227 surfaces commerciales, n'ont toujours pas trouvé preneur, révèle un document transmis la direction de l'enseigne à la Direccte (Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi) auquel le quotidien régional Midi Libre au eu accès.

Il s'agit de magasins de proximité dont les enseignes sont Carrefour Contact, Contact Marché et Carrefour City dont le quotidien publie la liste par région. Ce sont d'anciens magasins du groupe Dia que le groupe avait racheté en 2014 pour les passer sous enseigne Carrefour. Et malgré de lourds investissements, de nombreux points de vente continuent à perdre beaucoup d'argent.

Contacté durant le week-end de Pentecôte par le journal, Carrefour a confirmé le (petit) nombre de repreneurs à ce jour. "Ce sont bien 227 magasins qui n'ont pas trouvé de repreneurs et qui fermeront au cours de l'été" a affirmé la direction au quotidien régional. Les offres de reprise sont à faire jusqu'au 4 juin 2018, date à laquelle le couperet tombera pour les surfaces commerciales n'ayant pas trouvé de repreneur. Mais Carrefour ne se fait pas d'illusion. "Si nous n'avons pas beaucoup d'offres de reprises c'est bien que la situation économique des magasins n'étaient pas bonne", indique-t-on du côté de chez Carrefour. Selon nos informations, l'ensemble de ces magasins perdaient annuellement en cumul aux alentours de 100 millions d'euros. 

La CGT redoute plus de 1000 licenciements

L'enseigne a déclenché un Plan de sauvegarde de l'emploi en avril dernier. Chaque salarié se verra proposer d'ici l'été trois offres d'emplois et Carrefour annonce par ailleurs que 76 salariés ont, d'ores et déjà, été "reclassés en interne" et "240 candidatures sont en train d'être étudiées". Interrogé par Europe1, Frédéric Roux, délégué CGT du groupe, prévient: "tous les salariés ne seront pas reclassés. On peut estimer qu'ils seront 1.000 et donc licenciés, fourchette basse."

Selon la liste des magasins menacés dressée par le document auquel a eu accès le quotidien de Montpellier, les régions les plus touchées sont le Nord (avec 50 magasins), Nord-Ouest (Normandie, Bretagne) et l'Est (selon le découpage régional propre à l'enseigne de distribution). En Ile-de-France, seuls quinze magasins sont menacés.

Frédéric Bergé