BFM Business

Grève à Carrefour: forte mobilisation des salariés en ce week-end de Pâques

Ce week-end de Pâques, au moins 300 magasins Carrefour sont impactés dont plus de 160 hypermarchés. Les salariés se sont mobilisés pour l'emploi et le pouvoir d'achat.

Avant la grève de la SNCF qui démarrera ce lundi dès 19 heures, les Français sont confrontés à un autre mouvement social dans la grande distribution, celui des salariés de Carrefour ce samedi. Ce mouvement sans précédent pourrait par ailleurs causer une perte de chiffre d'affaires, qui pourrait être de 40 à 50 millions d’euros selon la SNEC CFE-CGC.

En plein week-end de Pâques, l'un des plus gros jours de l'année dans la distribution, la plupart des magasins (hypermarchés, mais aussi ceux de centre-ville comme les Contact ou les City) sont touchés. Selon les syndicats, 300 magasins étaient impactés dont près de 170 hypermarchés. Celui d'Ollioules (Var) était fermé ce samedi matin avec, selon la CGT, plus de 80% du personnel en grève. Idem à Marseille où le principal hypermarché des quartiers Nord est paralysé par les salariés.

Carte interactive

Partout, la mobilisation s'est traduit par des rassemblements devant les magasins, du "filtrage" aux entrées ou carrément des blocages, a expliqué Sylvain Macé (CFDT). Certains hypermarchés étaient complètement bloqués, selon les syndicats CFDT, FO et CGT, comme à Antibes, Ollioules, Toulon Grand Var, Nice Lingostière ou Port-de-Bouc dans le Sud, Vénissieux, Chambéry ou encore Toulouse-Labège.

Le Midi Libre a publié une carte interactive, non dénoncée par la direction du groupe Carrefour, sur laquelle on se rend compte de l'ampleur du mouvement. La direction du groupe Carrefour a pour sa part fait état d'une "trentaine" d"hypermarchés "bloqués" à 10h30. A midi, "80% de nos hypermarchés sont ouverts" et "100% de nos supermarchés", a-t-elle souligné. Une source syndicale a estimé que 30% des hypermarchés resteraient fermés toute la journée. 

Selon L'Union, le parking de l'hyper de Charleville-Mézières était bloqué par les salariés pour empêcher les clients de s'y rendre. En région parisienne, l'accès du magasin de Gennevilliers était, selon un tweet d'Elsa Faucillon, députée PC des Hauts-de-Seine, bloqué "pacifiquement" par les grévistes.

Des rayons difficilement garnis

Mais même s'ils sont ouverts, les rayons ont été difficilement garnis puisqu'en plus des magasins, 22 des 24 entrepôts gérés par Carrefour, comme celui de Salon de Provence, étaient bloqués par les grévistes depuis plus de 24 heures. A Lille, Adrien Quatennens, député Insoumis du Nord, a appelé les clients à ne pas faire leur course dans l'enseigne.

À Paimpol, la situation est inédite, comme le révèle Ouest France. Les salariés sont en grève, mais le magasin est resté ouvert. Ce sont les cadres du magasin, y compris le directeur, qui ont tenu les caisses et se sont occupés du réassort.

Ce mouvement a été lancé pour protester contre la suppression de milliers d'emplois, le projet de passage en location gérance de plusieurs hypermarchés (cinq confirmés, une quarantaine potentiellement visés) et l'annonce d'une participation moyenne de 57 euros, contre 610 l'an dernier. C'est "la goutte d'eau qui a fait déborder le vase", dit Sylvain Macé (CFDT). "Consciente de l'impact de cette baisse sur le pouvoir d'achat", la direction a proposé de relever ce montant à 407 euros, via un complément forfaitaire d'intéressement de 350 euros. Sans désamorcer la fronde.

Pascal Samama