BFM Business

Climat social tendu chez BNP Paribas: l'intersyndicale appelle à la grève ce mardi

BNP Paribas veut revoir les horaires d'ouverture de ses agences provoquant le mécontentement des syndicats de la banque

BNP Paribas veut revoir les horaires d'ouverture de ses agences provoquant le mécontentement des syndicats de la banque - Philippe Huguen - AFP

Les syndicats CFDT, FO, CGT, CFTC et SNB/CFE-CGC de la banque contestent pêle-mêle la remise en cause du forfait jour des cadres et des pertes de jours de RTT liés à un projet d'horaires d'ouverture élargis dans certaines agences bancaires.

Une fois n'est pas coutume, toutes les organisations syndicales représentatives de la première banque française appellent à la grève l’ensemble des salariés ce mardi.

Le mécontentement des syndicats de BNP Paribas se focalise notamment sur un projet d'extension de l'ouverture horaire de certaines agences bancaires.

Vers l'ouverture de certaines agences jusqu'à 19H00

Celui-ci aurait un impact direct sur l'organisation du temps de travail de son personnel alors que la banque tente d'adapter son réseau commercial au mode de vie urbain sur fond d'accélération des fermetures d'agences.

Le projet de réorganisation vise à classer les agences en trois catégories, selon l’affluence constatée. À chacune d’elle correspondrait une amplitude horaire, qui varierait de 33 heures à une quarantaine d’heures par semaine. De plus certaines agences fermeraient plus tard, à 19 heures, tandis que d’autres ouvriraient plus tôt et fermeraient alors en fin d’après-midi.

L'intersyndicale dénonce un climat social qui se détériore

Les syndicats sont opposés à cette refonte des heures d’ouvertures car elle conduirait notamment certains employés à perdre des jours de RTT.

Remise en cause du forfait des cadres, perte de RTT sans compensations financières, problématiques de garde d’enfants, de transport, télétravail non intégré au projet", dénonce l'intersyndicale de la banque pour qui "le climat social chez BNP Paribas continue inlassablement de se détériorer mois après mois"

Les élus SNB/CFE-CGC dénoncent notamment "la suppression du rythme horaire 35h30 imposant une perte de 17 RTT" et revendiquent "une prime de compensation pour toute perte de RTT".

D'autres banques commerciales traditionnelles se sont essayées à l'extension des horaires d'une partie de leur réseau d'agences comme LCL en 2019 dans le cadre d'un test.

Les banques accélèrent la réduction du nombre de leurs agences

Ces mutations en cours s'effectuent plus généralement dans un contexte de réduction du nombre d'agences bancaires. Les grandes banques françaises traditionnelles (LCL, Société Générale, BNP Paribas) ont accéléré récemment leur plan de fermeture d'agences, justifié selon elles par la transformation numérique de leur métier, la concurrence des banques en ligne et les taux d'intérêt très bas qui laminent leur marges et les obligent à chercher des économies.

La Société Générale s'est fixée par exemple de limiter ses points de vente à 1700 en 2020, contre un peu plus de 2000 fin 2017 (-15%). De son côté, LCL a programmé la fermeture de 80 à 110 agences supplémentaires entre 2019 et 2021.

Frédéric Bergé
https://twitter.com/BergeFrederic Frédéric Bergé Journaliste BFM Éco