BFM Eco

Carole Ghosn dénonce "le silence assourdissant" de l’Élysée

-

- - KAZUHIRO NOGI / AFP

L’épouse de Carlos Ghosn, assigné à résidence à Tokyo au Japon depuis plus de 6 mois, appelle à nouveaux à l’aide la France, ses sénateurs, ses députés et ses chefs d’entreprise dans le Journal du Dimanche.

Le mois prochain, cela fera un an que Carlos Ghosn est aux prises avec la justice japonaise. Interpellé à sa sortie d’avion en novembre 2018 à Tokyo, l’ex-PDG de Renault Nissan s'est arrêté 130 jours à la case prison.

Depuis environ 6 mois, il est en résidence surveillée dans la capitale nippone, avec interdiction d’échanger avec son épouse Carole Ghosn. Cette dernière explique ce dimanche dans le JDD que "comme il ne peut plus s'exprimer sans risquer la prison, je m'exprime pour qu'on ne l'oublie pas. Je suis devenue sa voix".

"Le silence de l'Élysée est assourdissant"

Une voix dont elle se sert pour dénoncer le traitement infligé à son mari. Carole Ghosn affirme que "le procureur ne donne (à son mari) ni les moyens ni le temps pour bien ­préparer sa défense", et que "tout est très partial".

La troisième épouse de l’ancien chef d'entreprise s’indigne par ailleurs de l’absence totale d’aide du gouvernement français. Alors qu’elle a appelé Emmanuel Macron à l’aide à plusieurs reprises, elle indique n’avoir "aucun retour de sa part. Le silence de l'Elysée est assourdissant".

À ses yeux, la France a "oublié tout ce que Carlos a fait pour l'économie française et pour Renault. Le message envoyé, c'est que, en France, si vous êtes riche et patron, vous n'êtes pas défendu par votre pays". C’est pourquoi Carole Ghosn en appelle aujourd’hui "aux sénateurs, aux députés et aux chefs d'entreprise pour qu'ils nous soutiennent face au risque d'un procès stalinien".

Nina Godart