BFM Business

Carburants: grève reconduite à la raffinerie de Grandpuits, Total se veut rassurant

-

- - Damien Meyer AFP

A la raffinerie Total de Grandpuits (Seine-et-Marne), la poursuite du mouvement de grève contre la réforme des retraites vient d'être votée. Un appel à un blocage total des raffineries en France entre le 7 et le 10 janvier a été lancé par la CGT du groupe pétrolier, mais le groupe Total assure ne pas craindre de pénurie.

L'Assemblée générale à la raffinerie Total de Grandpuits (Seine-et-Marne) a voté lundi la poursuite du mouvement de grève contre la réforme des retraites, alors qu'un appel à un blocage total des raffineries en France entre le 7 et le 10 janvier a été lancé par la CGT du groupe pétrolier.

Total s'est toutefois voulu rassurant quant à l'approvisionnement de son réseau, écartant tout "risque de pénurie".

"Aucun produit ne va sortir de Grandpuits qui a une capacité de stockage de 15 jours", a prévenu Thierry Defresne, délégué syndical central chez Total. 

Les salariés de la raffinerie de Grandpuits sont en grève depuis le 5 décembre, mais assurent un service minimum obligatoire. La Fédération CGT de la Chimie a appelé la semaine passée à un blocage de toutes les installations pétrolières - raffineries, terminaux pétroliers, dépôts - pendant 96 heures, du 7 au 10 janvier, pour obtenir le retrait du projet de réforme des retraites.

"Il n'y a pas d'inquiétude pour l'approvisionnement" assure Total

"Sept raffineries sur huit" seront en grève "à partir de demain pour 96 heures", a affirmé Thierry Defresne. La CIM, le dépôt pétrolier maritime du Havre, "devrait fermer demain (mardi, NDLR) à partir de 7h pour 96 heures", a-t-il estimé. "Orly et Roissy ne seront donc plus approvisionnés en kérosène", selon lui.

Sur les huit raffineries françaises (en comptant la bio-raffinerie de La Mède), cinq dépendent du groupe Total, deux d'Esso (Exxon-Mobil) et une de Petroineos, celle de Lavera dans les Bouches-du-Rhône.

De son côté, le groupe Total s'est voulu rassurant, affirmant que le mouvement annoncé n'aura "aucun impact sur l'approvisionnement" de son réseau du 7 au 10 janvier, ni "au-delà".

"Il n'y a pas d'inquiétude pour l'approvisionnement et aucun risque de pénurie au sein du réseau de stations-service Total", a assuré dans un communiqué le groupe pétrolier, qui se dit "parfaitement préparé". "A ce jour, les quatre raffineries du groupe Total de Donges, Feyzin, Normandie et Grandpuits et la bio-raffinerie de la Mède fonctionnent et produisent", selon le communiqué.

Quant aux dépôts, à l'exception de ceux rattachés aux raffineries de Grandpuits et de la Mède, "aucun autre dépôt du groupe Total n'est bloqué et les expéditions se déroulent à un rythme normal", a encore indiqué le groupe français.

Les grévistes de la raffinerie de Grandpuits ont reçu ce lundi la visite de Jean-Luc Mélenchon, numéro un de LFI, qui a espéré que le président Emmanuel Macron allait "finir par lâcher prise" et renoncer à la réforme des retraites.

A.-K.M avec AFP