BFM Eco

Agnès Pannier-Runacher ne veut pas geler l'ouverture de nouveaux entrepôts pour l'e-commerce

-

- - BFMTV

La secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie et des Finances ne veut pas s'opposer à l'ouverture d'entrepôt de e-commerce et estime que s'ils ne s'installent pas en France, ils pourraient le faire ailleurs.

Faut-il interdire l'implantation d'entrepôts Amazon? Alors qu'une proposition de loi sera présentée dans les prochains jours pour imposer un moratoire de deux ans sur le développement des sites logistiques des entreprises du e-commerce, Agnès Pannier-Runacher se montre très prudente avec ce type d'initiative.

Invitée sur BFMTV-RMC ce vendredi, la secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie assure que sa priorité reste l'emploi et que ces implantations sont créatrices d'emplois.

"Lorsqu'il y a des dossiers créateurs d'emplois, il faut éviter de dire qu'ils ne sont pas bien, il faut les regarder pour leur mérite propre, assure Agnès Pannier-Runacher. Est-ce qu'ils détruisent de l'emploi? Je n'ai pas une clarté totale sur cette question. Mais j'attends lundi une note sur les avantages et les inconvénients en termes de création et destruction d'emplois."

Accusé de faire du tort au commerce physique et de bénéficier d'avantages fiscaux, Amazon divise les associations de commerçants et les élus locaux lorsqu'il choisit un site pour s'implanter. Comme récemment dans le Gard où certains veulent accueillir le géant américain, alors que d'autres s'y opposent violemment.

"Moi je suis favorable à l'emploi, je ne suis pas dans le gimmick ou l'idéologie, explique la secrétaire d'Etat. Si vous interdisez un entrepôt en France, il peut aller en Belgique, en Allemagne ou en Italie. Et les entrepôts ce n'est pas qu'Amazon, ça peut-être aussi Leboncoin ou CDiscount. Si vous interdisez Amazon, il faut alors interdire tous les entrepôts."

Une note de l'ancien secrétaire d'Etat au numérique Mounir Mahjoubi faisait état fin 2019 d'importantes destructions d'emplois de la part d'Amazon. Un rapport cependant critiqué à l'époque pour ses méthodes de calcul.

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco