BFM Côte d'Azur

À Nice, un bar-restaurant transformé en centre de vaccination

Serveurs, commerçants ou encore personnels hôteliers sont invités à se faire administrer un sérum contre le Covid-19. À compter du mois d'août, ils devront présenter un pass sanitaire à leur employeur pour venir travailler.

Les serveurs ont été remplacés par des infirmières et des médecins, les verres par des seringues et les bouteilles par des sérums. Un bar situé cour Saleya, dans le centre-ville de Nice, s'est mué le temps de deux jours en centre de vaccination. L'idée: faciliter l'accès aux doses pour les serveurs, commerçants, personnels hôteliers et autres professionnels du tourisme. Ces derniers devront fournir un pass sanitaire valide - sous forme de certificat de vaccination ou de test récent - pour se rendre au travail à compter du 30 août, au risque de voir leur contrat suspendu.

Environ 300 doses de Pfizer sont proposées ce jeudi jusqu'à 16 heures dans ce bar-restaurant niçois. Peu avant 13h, Christophe Souques Bonnet, restaurateur et vice-président de l'UMIH, assurait que 121 doses avaient déjà été administrées dans l'établissement. Vendredi, le bar-restaurant sera ouvert de 8h à 16h.

À leur arrivée, les patients sont invités à s'inscrire auprès des services administratifs. Puis ils sont dirigés vers les infirmières et les médecins. "La mairie de Nice nous a confié une équipe de 18 personnes, a détaillé Christophe Souques Bonnet au micro de BFMTV.

"Prendre le relais, parler à nos employés"

"Le deal, c'était que ce soit sans rendez-vous, poursuit l'intéressé. On a plus de 450 personnes qui vont venir sur deux jours. Il faut absolument que, quand il y a une vague de 30-40 personnes qui arrive, ça puisse être absorbé. C'est pour ça qu'on a quatre postes de vaccination, cinq infirmières qui se relaient."

L'idée d'établir ce dispositif éphémère est née après l'allocution d'Emmanuel Macron, le 12 juillet dernier, officialisant l'élargissement du pass sanitaire. "On était un peu en panique parce que le message n'a jamais été dirigé vers les 18-30 ans depuis le départ, reconnaît Christophe Souques Bonnet. Donc c'est à nous, chefs d'entreprises, de prendre le relais, de parler à nos employés."

Le taux d'incidence en hausse

"Nous sommes à 65% de vaccinés dans la Métropole de Nice, complète Anthony Borré, Premier adjoint au maire de Nice. Nous voulons arriver à 80%. On sait bien que certains n'ont pas le temps de prendre rendez-vous. Il faut aller au plus près d'eux et c'est ce que nous faisons ici. Nous le faisons dans les centres commerciaux, nous faisons de la vaccination à domicile..."

L'enjeu de la vaccination prend une importance plus grandissante encore au regard de la détérioration des indices épidémiologiques dans les Alpes-Maritimes. Le taux d'incidence ce situe à ce jour à 196 cas pour 100.000 habitants, selon les données de Covid Tracker, contre 87 à l'échelle nationale.

Adélaïde Mangin avec Florian Bouhot