BFM DICI

Paca: Muselier précise sa méthode pour la représentation de la gauche

Renaud Muselier réélu président de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur (Paca) lors d'une cérémonie d'ouverture de la nouvelle assemblée régionale, le 2 juillet 2021 à Marseille

Renaud Muselier réélu président de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur (Paca) lors d'une cérémonie d'ouverture de la nouvelle assemblée régionale, le 2 juillet 2021 à Marseille - CLEMENT MAHOUDEAU © 2019 AFP

Le président de la région a proposé la création d'un Comité du Rassemblement écologique et social composé des 21 premiers noms de la liste qui s'était retirée entre les deux tours des élections.

Le président LR de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, Renaud Muselier, élu après une âpre bataille contre l'extrême droite, a dévoilé ce jeudi la manière dont l'union de la gauche et des écologistes, qui s'était désistée en sa faveur, devrait être représentée au conseil régional.

"J'ai pris des engagements pour que les forces de gauche soient représentées", a rappelé Renaud Muselier lors d'une rencontre avec des journalistes.

Opposé au candidat du Rassemblement national Thierry Mariani qui était arrivé en tête au premier tour, Renaud Muselier a bénéficié au second tour du front républicain avec le retrait de la liste du Rassemblement écologiste et social emmenée par Jean-Laurent Félizia, qui aurait pu se maintenir avec 16,9% des suffrages exprimés.

Un comité de 21 membres

Comme en 2015, la liste de gauche n'a donc aucun élu à l'assemblée régionale. Pour donner une place aux forces qui ont contribué à son succès, Renaud Muselier a proposé, en accord avec Jean-Laurent Félizia, la création d'un Comité du Rassemblement écologique et social composé de 21 membres, les 21 premiers noms de la liste.

"A chaque assemblée plénière, le Comité pourra proposer une délibération, et une fois par an, le coordinateur de ce comité, Jean-Laurent Félizia, s'exprimera" devant l'assemblée régionale, a précisé Renaud Muselier.

Le Comité pourra également se saisir de quatre rapports lors d'assemblées plénières et bénéficiera d'un espace d'expression dans la newsletter de la région. "On est arrivé à un principe qui a l'air de faire l'affaire en respectant la liberté de chacun", a estimé Renaud Muselier. Joint par l'AFP sur ces propositions, Jean-Laurent Félizia a "salué la parole tenue sur les engagements pris entre les deux tours", considérant que le schéma retenu devrait permettre "une présence constructive" du camp de l'union de la gauche.

"Je serai un opposant démocratique", a-t-il ajouté.

Le principe d'un tel Comité sera discuté vendredi lors de l'assemblée plénière du Conseil régional, puis une modification du règlement sera nécessaire avant un vote définitif en octobre.

"Super simple, super basique"

En 2015, après le retrait entre les deux tours de la liste de gauche de Christophe Castaner, alors socialiste, le chef de file de la droite, le maire LR de Nice Christian Estrosi, avait mis sur pied un "Conseil territorial" de quelque 150 membres, extérieur au Conseil régional. Ce Conseil ne s'était réuni que deux fois avant de disparaître en juillet 2017, supprimé par Renaud Muselier, qui venait de succéder à Christian Estrosi comme président de région.

"On avait mis en place quelque chose de trop complexe, ça n'a pas marché", a reconnu M. Muselier, cette fois "on a fait super simple, super basique". Il a promis une "clause de revoyure" tous les ans pour s'assurer que cette structure fonctionne.

E.R avec AFP