BFM DICI

Vars : après un conseil municipal explosif, la Présidente de Vars Tour éjectée

La station de Vars Tour au coeur d'un conflit

La station de Vars Tour au coeur d'un conflit - Google Street View

Selon nos informations, Cécile Disdier n'est plus la Présidente de Vars Tour. Dans un courrier, l'élue s'en prend vivement au maire de la station et dénonce des faits qui "lui semblent délictueux". 

C’est une affaire qui risque de secouer la station de Vars (Hautes-Alpes). Selon nos informations, la gestion de Vars Tour, la centrale de réservations de la station de la Forêt Blanche, est au coeur d'une brouille qui pourrait se finir devant les tribunaux. Cécile Disdier, l’ex-Présidente (exclue jeudi) de la structure, indique dans un courrier avoir "été entendue par les gendarmes enquêteurs", juste avant un Conseil Municipal explosif.

"Comme m’y oblige la loi, je dois répondre à leurs questions et dénoncer tous les faits qui me semblent délictueux au sein de toutes les entreprises et collectivités où je suis aujourd’hui élue" écrit Cécile Disdier dans un texte envoyé aux élus de Vars, que la rédaction de BFM DICI a pu se procurer.

Celle qui est aussi troisième-adjointe, précise que "plusieurs signalements émanant de citoyens ou d’élus ont étayé la suspicion de malversations dans la commune". Dans ce texte, Cécile Disdier pointe directement du doigt la gestion du maire, Dominique Laudré, et fustige la récente démission de quatre administrateurs de Vars Tour.

Plainte déposée

Selon elle, ces démissions ont "déclenché des contrôles en cascade" des services de l'Etat, et le maire de Vars souhaiterait "mettre à mal" la société Vars Tour. Un véritable "objectif" de la part de Dominique Laudré selon l'ancienne présidente, qui va même plus loin, en portant des accusations graves:

"La liquidation de Varstour est loin derrière nous. J’ai presque envie de dire que la fusion resterait sa dernière solution puisque le maire pourrait, une fois de plus, profiter des efforts d’une entité varsine et de sa trésorerie pour gonfler artificiellement les comptes de la SEDEV (remontées mécaniques) […] Déstabiliser une société pour lui faire déposer le bilan, ou fusionner pour récupérer sa trésorerie est un acte déloyal. La responsabilité des administrateurs pourrait être engagées par les Varsincs actionnaires" déclare Cécile Disdier, qui sous-entend là que la SEDEV, présidée par Dominique Laudré, se servirait des comptes de la centrale de réservations pour renflouer les caisses des remontées mécaniques.

Contactée par téléphone, Cécile Disdier confirme "avoir déposé plainte" mais se refuse à tout commentaire "par respect pour l’enquête". Selon nos informations, elle a déposé plainte avant l'été et vient d'être entendue par les gendarmes de Guillestre. Elle apporte tout de même quelques éclairages pour justifier sa démarche:

"Un PDG est responsable de tout ce qui se passe dans son entreprise. S’il a connaissance d’irrégularités et qu’il ne dénonce pas, il devient alors complice. Or, moi, je ne suis pas complice. D’autres, dans la station, ont peut-être la capacité de fermer les yeux. Moi, pas…" témoigne Cécile Disider. "Je persiste à penser que cette démission collective n’est pas justifiée. Je ne veux pas être responsable de ce que j’ai trouvé en m’installant à la Présidence en août 2020. Ce n’est pas du courage de dénoncer. Je veux juste faire mon travail. L’enquête déterminera qui a eu raison. Ou tort" conclut Cécile Disdier, qui n’est plus la Présidente de Vars Tour.

De "graves accusations" selon le maire de Vars

En raison de la démission de plus de la moitié du Conseil d’Administration, un nouveau vote a eu lieu en conseil municipal jeudi soir pour désigner une nouvelle gouvernance. Et Cécile Disdier n’a pas été réélue. Elle reste pour l’instant troisième-adjointe à la mairie en attendant, probablement, de perdre ses délégations dans les prochains jours. Joint par la rédaction de BFM DICI, Dominique Laudré donne également sa version des faits:

"Être Président de Vars Tour, ça donne des droits. Mais aussi des devoirs. Dont le premier est de dialoguer et d’échanger avec la mairie et les remontées mécaniques. Si Madame Disdier a relevé des irrégularités, elle a bien fait de le dire. Mais elle aurait dû rapidement en référer aux autres membres du Conseil d’Administration et au maire que je suis. Ce système despotique était devenu impossible pour la sérénité de tous" indique le Maire de Vars, qui précise au passage "ne pas avoir été sollicité par les enquêteurs ou le Procureur".

Dominique Laudré indique également que "tout le monde a le droit de s'exprimer" mais que "les accusation portées par Madame Disdier sont graves". Il affirme que si des erreurs ont été commises "nous regarderons cela de près". Alors, les remontées mécaniques de Vars ont-elles utilisées l’argent de Vars Tour pour se renflouer ? Faux selon selon Dominique Laudré, qui affirme que les remontées mécaniques "en mettant en place un protocole légal avec le Tribunal de Commerce, a presque sauvé Vars Tour."

Il souligne également que Vars Tour a bénéficié de "copieuses aides de la part de l’état durant la crise sanitaire, dont une forte partie liée aux forfaits aurait pu revenir aux remontées mécaniques". Le maire de Vars, dit regretter que "la confiance soit totalement rompue avec Cécile Disdier".

Un audit financier et social à venir

Selon nos informations, Dominique Laudré pourrait rapidement demander un audit financier et social à des cabinets privés et indépendants pour éclaircir la situation de Vars Tour. Et ainsi rassurer les services de l’État, à commencer par la Préfecture des Hautes-Alpes qui suit le dossier de près.

De son côté, Marc Gueydon, qui a été Président de Vars Tour durant deux ans, jusqu’à l’arrivée de Cécile Disdier, "regrette cette situation malheureuse pour la station". Et de poursuivre : "

"Je n’ai pas été entendu dans cette affaire. Ce que je peux dire, c’est que certains papiers se sont égarés et que je suis resté Président sans l’être jusqu’en juin dernier. Vars Tour assure 20% du chiffre d’affaire des remontées mécaniques. Il faut donc laisser vivre cette structure compétente qui forme, avec les remontées mécaniques, un tandem compétitif". Et Marc Gueydon de conclure : " Je pense que c’est une querelle de personnes. Nous avons un système déjà très fragile, alors si nous pouvions laisser les égos de côté, Vars ne s’en porterait que mieux". 

Joint par notre rédaction, le Procureur de Gap se "refuse à tout commentaire sur ce dossier". Florent Crouhy ne souhaite pas "confirmer ou infirmer l'ouverture d'une enquête"

Par Valentin Doyen