BFM Auto

Tesla installe son nouveau système de conduite autonome sur ses voitures mais sans l'activer 

La mise à jour améliore le comportement de l'Autopilot pour la première génération de Model S compatibles et offrent de nouvelles possibilités pour les plus récentes.

La mise à jour améliore le comportement de l'Autopilot pour la première génération de Model S compatibles et offrent de nouvelles possibilités pour les plus récentes. - Tesla

Les propriétaires de véhicules Tesla devraient pouvoir profiter cette semaine d'une mise à jour de la fonction de conduite autonome, déjà installée en "mode fantôme" sur un échantillon de véhicules. Et pour ceux qui possèdent les versions les plus performantes, les P100D, le mode de vitesse démesurée (Ludicrous Mode) va gagner quelques dixièmes de seconde sur l'épreuve du 0 à 100 km/h.

Attendue pour la fin d'année 2016, c'est finalement début 2017 que Tesla déploiera sa nouvelle version de l'Autopilot, ou "Pilotage automatique", le nom controversé de son assistant de conduite semi-autonome.

En "Shadow mode" pour recueillir des données

Depuis octobre 2016, les nouveaux véhicules de Tesla sortent en effet d'usine avec une batterie de nouveaux capteurs et un ordinateur de bord un plus puissant, améliorant grandement l'identification de l'environnement autour du véhicule (que nos confrères de 01net ont d'ailleurs pu découvrir sur le stand de Nvidia au Consumer Electronic Show (CES) de Las Vegas (Etats-Unis) la semaine dernière). Mais la marque californienne travaillait encore à peaufiner la partie logicielle de sa mise à jour.

L'occasion d'aborder une pratique innovante de Tesla: pour collecter les données afin d'être sûr de la fiabilité de cette nouvelle version, cette dernière a été déployée en "shadow mode" sur un échantillon de 1000 véhicules. Comme l'explique The Verge, cette version fantôme ne peut pas opérer d'action directe sur la conduite, mais est capable de déterminer quand elle serait intervenue, pour corriger une trajectoire par exemple. Si tout se déroule comme prévu, la nouvelle version de l'Autopilot devrait passer du mode "shadow" à "actif" d'ici à la fin de la semaine, vient d'indiquer dans un tweet le patron de Tesla.

Des améliorations mais pas encore de conduite 100% autonome

Pour les Tesla les plus récentes ("HW2" pour "Hardware 2"), cette mise à jour doit permettre de tirer partie des nouveaux capteurs en permettant notamment le changement de file automatique (actuellement le conducteur doit activer le clignotant pour que le véhicule opère ensuite lui-même le changement de file) ou la possibilité d'emprunter des jonctions d'autoroutes.

A noter qu'il s'agit uniquement de l'option désormais baptisée "Pilotage automatique amélioré" et non de la "capacité de conduite entièrement autonome", dont la vidéo diffusée également en octobre 2016 montrait les futures capacités assez bluffantes des véhicules de la marque. Mais pour lâcher complètement le volant de sa Tesla, il faudra encore perfectionner le système et attendre l'évolution légale permettant de conduire... sans les mains.

Dans son tweet, le patron de Tesla précise que la mise à jour de cette semaine permettra également d'améliorer le comportement des premiers véhicules compatibles avec l'Autopilot, soit ceux produits entre 2014 et 2016. 

Un Ludicrous encore plus fou

Les heureux propriétaires des nouvelles versions les plus performantes des Tesla, Model S et X en version P100D, pourront également profiter du nouveau mode Ludicrous+, a ajouté Elon Musk. Annoncé en novembre dernier, il doit permettre à la berline électrique de rivaliser avec une Bugatti Chiron en réalisant le 0 à 100 km/h en 2,6 secondes! Ce mode Ludicrous+ ne lui permettra cependant pas encore de battre la Faraday FF91 sur le 0 à 100. Le crossover sino-américain, dévoilé au CES la semaine dernière, l'abat en 2,39 secondes.

Julien Bonnet