BFM Auto

Nissan lâche son taxi autonome dans la jungle urbaine japonaise

Nissan va démarrer des tests de véhicule autonome en milieu urbain à Yokohama. Objectif: proposer un service de robots-taxis pour les JO de Tokyo en 2020. Une expérience similaire sera menée par Renault à Rouen (Seine-Maritime) cette année.

Y-at-il un chauffeur dans le taxi? Pour le moment, c'est bien sûr le cas mais les progrès des voitures autonomes menacent de plus en plus cette profession.

De nombreuses entreprises développent actuellement leur "robot-taxi", c'est bien sûr le cas du géant des VTC Uber mais aussi de Google, via sa filiale Waymo. Dans cette bataille, les marques et équipementiers automobiles ont bien sûr aussi leur mot à dire. Et si la conduite autonome sur voie rapide semble déjà bien maîtrisée aujourd'hui (comme le prouvent les modèles semi-autonomes déjà commercialisés ou le démonstrateur Renault Symbioz que nous avons pu tester récemment), le même exercice en ville s'avère plus complexe.

Un entraînement pour 2020

Sur ce terrain urbain, Nissan s'apprête ainsi à lancer une expérience intéressante. Objectif: être prêt pour les Jeux olympiques de 2020 qui se dérouleront dans la capitale japonaise. Dans ce cadre, la marque avait déjà indiqué qu'elle comptait proposer un service de robots-taxis avec son partenaire spécialisé dans les services mobiles DeNa. 

A partir du 5 mars prochain, deux prototypes de modèles Nissan existants (un van électrique E-NV200 et une Nissan Leaf dans les vidéos diffusées par la marque nippone) équipés des caméras, radars et capteurs nécessaires, vont ainsi circuler pendant 15 jours à Yokohama, dans la banlieue de Tokyo. Si dans le futur, on peut imaginer des usages très proches des taxis actuels, l'expérience se déroulera dans un cadre clairement fixé avec les autorités. Un parcours de 4,5 km a été prédéfini et le véhicule ne pourra pas en sortir en mode autonome. Par mesure de sécurité, un chauffeur sera présent derrière le volant afin d'intervenir si nécessaire. Pour les 300 personnes qui testeront ce service, ce sera tout de même l'occasion de s'offrir une expérience futuriste, et pour le constructeur d'en tirer de nombreuses conclusions. 

Une version française à Rouen cette année

D'après les responsables de Nissan, au-delà des progrès technologiques, des évolutions sont attendues sur le plan réglementaire, comme les autorisations pour que des véhicules sans personne à bord ou simplement des passagers puissent circuler sur route ouverte. 

A noter que Renault, allié français de Nissan, va mener une expérience aussi ambitieuse à Rouen (Seine-Maritime) avec 4 Zoé électriques équipées de technologies nécessaires à la conduite autonome et une navette de son partenaire Transdev. A partir du printemps 2018, il sera ainsi possible de réserver une course depuis une application smartphone depuis 17 arrêts placés dans la ville normande. "Ces véhicules effectueront 3 boucles totalisant 10 km au Technopole du Madrillet (Saint-Etienne du Rouvray)", précise le constructeur qui démarrera ainsi une expérience de 2 ans et, surtout, une première en Europe. 

Julien Bonnet