BFM Business

Comment les voitures communiqueront demain instantanément 

Communiquer entre véhicules, sans passer par le réseau de téléphonie, ni le conducteur, c’est le futur que dessinent PSA et la société américaine Qualcomm. Un pas de plus vers la voiture autonome.

La Peugeot de demain pourra envoyer un message d'alerte à un autre véhicule. Et, surtout, le faire directement, sans passer par le réseau mobile, de manière quasi-instantané. Le groupe PSA (qui possède la marque au lion mais aussi Citroën, DS et Opel) en a fait la démonstration le 14 mars dernier avec son partenaire Qualcomm, spécialiste américain de la technologie mobile, sur une piste d'essai de son usine de La Janais, près de Rennes (Ille-et-Vilaine). Une nouvelle étape décisive vers la voiture 100% autonome.

Être alerté d'un danger par l'autre voiture instantanément 

La démonstration est simple. Deux modèles récents de la gamme PSA sont équipés d'équipements Qualcomm, des antennes et modems cellulaires qui permettent de se placer dans le contexte du futur réseau 5G.

Un Peugeot 5008 joue le véhicule de tête tandis qu'un DS7 Crossback, dans lequel nous étions installé, roulait à une centaine de mètres derrière. Sur la première ligne droite, le 5008 freine brusquement. Nous étions alors trop loin pour l'apprécier visuellement, c'est en fait un signal sonore accompagné d'une alerte sur l'écran du DS7 Crossback qui nous prévient de ce ralentissement inhabituel.

Le deuxième scénario était quasi-similaire sauf qu'il ne s'agissait plus d'une alerte de sécurité, mais d'une simple information: le 5008, toujours à une centaine de mètres devant nous, ralentit et déclenche ses feux de détresse. Sur notre écran apparaît un message nous prévenant de ce ralentissement. Sans aucune visibilité, nous avons pu anticiper un danger à venir. 

Beaucoup de potentiel pour l'automobile de demain

Si la démonstration n'avait donc pas grand chose d'époustouflante (en 2018, une notification sur un écran, cela ne semble pas du tout exceptionnel), c'est le cheminement de ce message d'alerte qui est beaucoup plus innovant. Il s'agissait en effet d'une première expérience en Europe de ce que PSA et Qualcomm appellent le C-V2X ("Cellular vehicle to everything"), soit la capacité du véhicule à communiquer avec les autres voitures et l'infrastructure dans un rayon d'un kilomètre. C'est ainsi une expérience complémentaire à celle que proposait récemment Renault à bord de son concept Symbioz, capable de communiquer directement avec une barrière de péages pour la passer en complète autonomie.

Pour cette démonstration de PSA et Qualcomm, nous n'étions pas encore réellement face à de la 5G (la norme est actuellement en train d'être définie) mais dans une des dernières version de l'actuelle norme 4G LTE (Long Term Evolution), permettant ainsi d'avoir un avant-goût de la prochaine évolution marquante en termes de réseau mobile.

Communiquer aussi avec l'infrastructure

Un des points forts de cette technologie sera en effet d'effectuer un grand pas dans le système de transport intelligent (STI), celui qui permettra à nos véhicules d'interagir avec une autre voiture et les usagers, l'infrastructure ou encore le réseau. Pour cette utilisation, Qualcomm insiste notamment sur le fait qu'il s'agisse d'une bande de fréquence libre n'impliquant pas de coût de communication associé: autrement dit, il n'y aura pas de forfait mobile à payer en plus à votre véhicule. Le tout avec des données libres et anonymisés pour éviter tout risque de piratage ou d'atteinte à la vie privée.

Au-delà du débit augmenté, c'est le temps de latence de la 5G qui doit permettre d'explorer des usages plus ambitieux pour le véhicule de demain que de simples alertes ralentissement comme ce fut le cas lors de cette démonstration. Avec un temps de réponse qui se rapprocherait du quasi-instantané, on peut complètement imaginer la prise de contrôle à distance par un opérateur d'un véhicule 100% autonome, comme le concept robot-taxi de Renault, qui aurait par exemple perdu l'usage un de ses capteurs. En attendant, le coup d'envoi de la 5G est attendu en Chine pour 2020, avant d'arriver un peu plus tard en Europe.

Julien Bonnet