BFM Auto

Cette voiture a tout d'une Tesla, mais ce n'est pas une Tesla

Le G3, un SUV électrique et partiellement autonome, reprend une partie des brevets rendus publics par Tesla.

Le G3, un SUV électrique et partiellement autonome, reprend une partie des brevets rendus publics par Tesla. - Xiaopeng Motors

Copier des modèles occidentaux a longtemps été, et est toujours pour quelques-uns, le fonds de commerce de certains constructeurs chinois. Soutenu par les géants Alibaba et Foxconn, Xiaopeng utilise lui les brevets ouverts de Tesla pour concurrencer justement le géant californien.

Elle ressemble (un peu) à une Tesla. Elle est électrique comme une Tesla. Elle affiche de grands écrans comme les voitures de la société d’Elon Musk. Mais ce SUV rouge flamboyant ne porte pas le badge au "T". Il s’agit de la Xiaopeng G3, le premier modèle d’une toute nouvelle marque chinoise.

Présenté au CES de Las Vegas en janvier, ce SUV doit être commercialisé à la fin du mois d’avril, en même temps que le salon automobile de Pékin (25 avril au 4 mai). Sa cible annoncée lors du CES: un public jeune, avec une appétence pour les nouvelles technologies. Un énième constructeur chinois, comme Faraday ou Lucid Motors, aussi vite apparu qu’évanoui dans la nature? Xiaopeng Motors semble beaucoup plus sérieux.

Derrière Xiaopeng, Alibaba et Foxconn

Derrière "Xpeng" (comme le constructeur est aussi appelé) se trouvent 2 géants de l’industrie chinoise: Alibaba et Foxconn. Ces deux principaux investisseurs ont ainsi apporté ces dernières semaines 350 millions de dollars, et prévoient de lever au total 1,6 milliard de dollars cette année pour leur constructeur. Comme le rappelle le site spécialisé electricdrive, Foxconn a déjà des parts dans Byton, une autre marque de voitures électriques. Alibaba compte de son côté travailler sur la voiture électrique, notamment avec Ford. Le géant chinois possède surtout un système de cartographie et un cloud, indispensables pour des technologies de voitures autonomes. Le fondateur de Xiaopeng Motors n’est autre que le patron d’Alibaba, He Xiaopeng.

De grands écrans dans l'habitacle, la planche de bord rappelle celle des modèles Tesla.
De grands écrans dans l'habitacle, la planche de bord rappelle celle des modèles Tesla. © Xiaopeng Motors

Utiliser les brevets ouverts de Tesla

A côté de son appui sur deux grands investisseurs, Xiaopeng Motors s’est basé sur une stratégie inédite, rapporte la presse allemande. Le constructeur s’appuie sur les données rendues publiques par Tesla en 2014. Pour aider à développer le marché de l’électromobilité, Elon Musk avait publié le 12 juin 2014 un long post de blog intitulé "Tous nos brevets vous appartiennent".

Elon Musk lançait alors une approche open source, ce qui signifie que Tesla n’attaquera pas une autre société qui utilise ses brevets pour concevoir des véhicules. Xiaopeng Motors serait ainsi le premier constructeur à avoir utilisé cette possibilité, selon Die Welt et Die Handelsblatt. S’il a de faux airs de Model X, le G3 n’est pas une pâle copie du SUV californien. Dans l’esprit d’Elon Musk, les sociétés qui utilisent ces brevets ouverts doivent en faire profiter d’autres sociétés.

Le G3 reprend les grands écrans dans l’habitacle, notamment au niveau de la console centrale. Sur le toit, une caméra 360° permet de filmer les environs pour garder des souvenirs. Au total, 2 caméras à l’avant, 2 sur les côtés, 4 panoramiques, 3 radars ainsi que 12 radars à ultra-sons, et des caméras intelligentes dans l’habitacle, doivent autoriser une conduite semi-autonome, résume le site spécialisé Wire. Xiaopeng Motors promet aussi une mise à jour "over the air". La marque a ainsi obtenu des certifications, afin de pouvoir utiliser ce système sur route ouverte.

Pauline Ducamp