BFM Business

Trottinettes: Hidalgo annonce leur interdiction des trottoirs et une vitesse limitée à 20km/h 

La maire de Paris a annoncé une série de mesures pour mieux encadrer les trottinettes en libre-service: vitesse limitée, nombre d'opérateurs réduit à deux ou trois et interdiction de stationner sur les trottoirs, voici ce qu'il faut retenir des déclarations d'Anne Hidalgo.

Fini la jungle des trottinettes électriques en libre-service. La maire de Paris Anne Hidalgo a annoncé ce jeudi une série de mesures pour encadrer leur utilisation. Une conférence de presse organisée dans un contexte de multiplication des accidents dans la capitale. "Chaque semaine est marquée par un fait divers (...) ça n'est plus possible", a souligné Anne Hidalgo avant d'annoncer les réflexions en cours pour remédier à cette situation.

Interdiction de stationner sur les trottoirs 

Anne Hidalgo a proposé un arrêté conjoint avec le préfet de police pour interdire leur stationnement sur les trottoirs. Les trottinettes "devront stationner sur les places de stationnement situées sur la chaussée et déjà utilisées par les voitures et les deux-roues motorisés", a annoncé la maire de Paris.

Une interdiction de stationner qui vient compléter celle de circuler sur les trottoirs. Par ailleurs, les trottinettes seront aussi "interdites dans tous les parcs et jardins" de la capitale, et "le port du casque" sera recommandé.

Vitesse bridée à 20km/h et à 8 km/h en zone piétonne

"Je demande aux opérateurs de toutes les trottinettes électriques qu’ils brident à 20 km/h dans tout Paris et à 8km/h dans les zones piétonnes", a déclaré la maire de Paris. Christophe Najdovski, l'adjoint chargé des transports et de l'espace public a souligné que cette application du bridage doit être mis en place par les différents opérateurs au plus vite, si possible sous 48 heures.

Plus que deux ou trois opérateurs

"Il y en a déjà trop. Je demande aux opérateurs de réduire leur flotte jusqu’à l’adoption de la loi Mobilités", a indiqué Anne Hidalgo. 

"Après la loi Mobilités (en cours de discussion à l'Assemblée nationale, ndlr), nous lancerons un appel d’offres pour limiter à deux ou trois opérateurs le nombre d’opérateurs pouvant être habilités à gérer, exploiter, un service de trottinettes électriques à Paris", a précisé l'élue. Actuellement, on dénombre une dizaine d'opérateurs dans la capitale, avec 20.000 exemplaires en circulation.

Comme Bordeaux, Lyon ou Strasbourg, Paris attend ainsi l'adoption du projet de loi d'orientation sur les mobilités, actuellement en discussion à l'Assemblée nationale, qui permettra aux villes de réguler les nouveaux moyens de transport en libre-service (trottinettes, vélos, gyropodes...). 

dossier :

Anne Hidalgo

Julien Bonnet, avec Carole Blanchard