BFM Auto

Téhéran: ces parades originales pour contrer les caméras du péage urbain

Un homme qui marche derrière votre voiture, un simple drap tendu à l'arrière du véhicule, le coffre ouvert ou un système de dissimulation plus élaboré... une sélection d'astuce pour ne pas se faire prendre sa plaque.

Un homme qui marche derrière votre voiture, un simple drap tendu à l'arrière du véhicule, le coffre ouvert ou un système de dissimulation plus élaboré... une sélection d'astuce pour ne pas se faire prendre sa plaque. - Capture d'écran

La capitale iranienne filtre l'accès à son centre-ville depuis quelques années par un système de péage urbain avec des caméras capables de lire les plaques d'immatriculation. Sauf que certains ont trouvé la parade...

Si la France réfléchit actuellement à introduire des péages urbains dans certaines villes, ce système permettant de filtrer l'accès des automobilistes est déjà en oeuvre dans certaines grandes agglomérations européennes comme Londres ou Milan par exemple. 

Mais c'est également le cas à Téhéran. Avec 8,8 millions d'habitants et un trafic de 4,4 millions de voitures en moyenne par jour, la capitale iranienne dispose depuis 3 ans d'un accès réglementé à son centre-ville afin de limiter la pollution. Deux zones ont été mises en place, une première dans le cœur de la ville où seuls les transports en communs, les véhicules de secours et les automobilistes qui payent un abonnement peuvent circuler. Dans la deuxième, c'est une circulation alternée permanente entre plaques paires et impaires et le vendredi (l'équivalent du dimanche en France) tout le monde peut circuler. Mais comme l'explique France 24, certains automobilistes ont trouvé des astuces originales -et plus ou moins évoluées- pour échapper aux contrôles. 

Coffres ouverts, "boucliers humains" et cache-plaque motorisé

C'est en effet un système de caméras capables de lire les plaques d'immatriculation qui permet de verbaliser les voitures qui ne sont pas en règle. Pour ne pas écoper d'une l'amende, une solution évidente s'impose donc: dissimuler sa plaque. Cette vidéo repérée par France 24 montre ainsi plusieurs automobilistes circulant sur la bande d'arrêt d'urgence dans un tunnel de Téhéran, avec le coffre ouvert pour éviter la lecture de la plaque. 

Dans un reportage réalisé par une agence d'information locale, on peut voir plusieurs autres techniques. Après le coffre ouvert, on reste dans le rudimentaire avec cet automobiliste qui laisse sortir un drap de son coffre pour dissimuler sa plaque.

Un drap qui sort du coffre pour dissimuler la plaque, une autre technique rudimentaire pour cacher sa plaque.
Un drap qui sort du coffre pour dissimuler la plaque, une autre technique rudimentaire pour cacher sa plaque. © Capture d'écran Iribnews

Plus original: des automobilistes n'hésitent plus à recruter des piétons. Contre une petite somme d'argent, ces derniers peuvent marcher derrière votre voiture pour empêcher la caméra de lire la plaque.

Contre rétribution, un homme peut marcher derrière votre voiture pour cacher la plaque.
Contre rétribution, un homme peut marcher derrière votre voiture pour cacher la plaque. © Iribnews

Et ci-dessous la version plus rapide du "bouclier humain", avec des scooters qui peuvent rester collés derrière les voitures là encore pour gêner l'identification par les caméras.

Pour un budget un peu plus conséquent, c'est un scooter qui peut vous coller l'arrière.
Pour un budget un peu plus conséquent, c'est un scooter qui peut vous coller l'arrière. © France 24

C'est la solution la plus "technologique". Un automobiliste a fait installé sur sa voiture un système permettant de cacher sa plaque en un instant: il lui suffit d'appuyer sur un bouton pour qu'un volet vienne recouvrir son immatriculation.

En appuyant sur un bouton dans l'habitacle, la plaque de cet automobiliste peut être cachée en quelques secondes.
En appuyant sur un bouton dans l'habitacle, la plaque de cet automobiliste peut être cachée en quelques secondes. © Iribnews

En France, que risque-t-on?

Si ces astuces peuvent paraître séduisantes pour échapper aux futurs péages urbains ou aux actuels radars en tout genre, la dissimulation de plaque est bien sûr une infraction au code de la route en France. En cas de plaque illisible, absente ou non conforme (article R317-8), vous risquez une contravention de 4e classe: pas de perte de points mais une amende de 135 euros (minorée à 90 euros).

Mais les sanctions peuvent être bien plus lourdes s'il est prouvé que vous avez volontairement dissimulé votre plaque: cet article reprenant le magazine Auto Plus du 20 mai 2013 évoque ainsi 6 points en moins, 1500 euros d'amende, saisie du véhicule et 3 ans de prison pour les fameuses plaques réfléchissantes. Un chiffre masqué grâce à un sotch blanc pourra vous coûter 3750 euros d'amende, la confiscation du véhicule et jusqu'à 5 ans de prison. 

L'usurpation de plaque d'immatriculation est encore plus réprimée: 6 points en moins sur le permis et jusqu'à 30.000 euros d'amende, 7 ans de prison (doublé en cas de récidive) et des peines complémentaires comme l'annulation du permis et la confiscation du véhicule. 

Julien Bonnet