BFM Auto

Plaques d'immatriculation: la Corse en force, le Grand Est boudé

La Corse du Sud est largement surreprésentée dans les commandes de nouvelles plaques d'immatriculation

La Corse du Sud est largement surreprésentée dans les commandes de nouvelles plaques d'immatriculation - AFP

Quels sont les indicatifs départementaux les plus demandés par les Français pour leurs plaques d’immatriculation? Le site spécialisé ePlaque.fr dévoile son classement et révèle au passage que certains automobilistes refusent d’adopter les nouveaux logos des régions en signe de résistance, comme dans le Grand Est.

S’il n’est pas encore possible en France de réellement personnaliser sa plaque d’immatriculation, l’espace réservé au département et au logo régional offre tout de même un peu de liberté. Pas question donc a priori d’y placer des chatons, son pays ou son club de foot préféré: le propriétaire d’un véhicule peut simplement y placer le duo département/région de son choix.

Bien plus de plaques corses que de Corses

Pour se faire une idée des choix parfois surprenants des automobilistes, le site ePlaque.fr, qui permet de commander des plaques (environ 50.000 par an) et cartes grises en ligne vient de donner son classement des indicatifs départementaux les plus demandés en 2017. 

Sans surprise en tête du classement, les numéros 75 (Paris), 13 (Bouches-du-Rhône) et 06 (Alpes-Maritimes) sont les plus demandés. Principale explication: ces trois départements sont parmi les plus peuplés, avec 3 des 5 premières villes de France. Même si au même niveau que les demandes pour des plaques de Parisiens et de Bucco-Rhodaniens s’est glissé… la Corse du Sud, beaucoup moins peuplé. 

Avec 3% des demandes, le sixième département le moins peuplé de France métropolitaine (151.652 habitants au dernier recensement) est clairement surreprésenté sur les plaques françaises.

Benoit Ginet, fondateur d’ePlaque.fr donne plusieurs raisons à ce tropisme corse :

"Il y a trois phénomènes qui expliquent cette forte demande pour le logo Corse. En premier lieu, le très fort attachement des Corses à leur région, peu importe où ils résident sur le territoire. Apposer la tête de maure sur la plaque de sa voiture serait également un gage de sérénité dans l’inconscient collectif. Enfin, à l’approche de la traversée de la Méditerranée, les automobilistes préféreraient apposer l’emblème de la Corse pour éviter d’être perçus comme des touristes."

Autre département relativement peu peuplé à se retrouver étonnamment dans le top 5 des numéros les plus demandés: le 74. La Haute-Savoie avec 783.127 habitants... et sûrement de nombreux amateurs de vacances au ski à travers le pays qui manifestent leur passion sur leur plaque!

Un outil de défense des anciennes régions

Les commandes de plaques d’immatriculation permettent également de constater que la réforme des régions de 2015 n’a pas encore été acceptée par certains Français.

ePlaque.fr donne ainsi l’exemple de la nouvelle région Grand Est :

"Les Alsaciens (départements 67 et 68) protestent encore et toujours contre le remplacement du nom historique de leur région par un terme générique (le Grand Est). La suppression des armoiries, du drapeau administratif de l’Alsace remplacé par un logo "aseptisé" selon eux, ne représentent pas leur région", explique le site dans son communiqué.

La plaque portant le logo de la nouvelle région Grand Est.
La plaque portant le logo de la nouvelle région Grand Est. © DR

L’association BLE Lorraine commercialise d’ailleurs un logo de l’ancienne région pour protester contre sa disparition sur les plaques minéralogiques. De son côté, ePlaque.fr attend d’avoir écoulé son stock avant de mettre à jour son offre avec les nouvelles régions. Il reste encore quelques logos Alsace canal historique.

A l'inverse, le logo de la région "Hauts-de-France" connaîtrait un joli succès en termes de commandes. "Il a été réalisé par une étudiante en graphisme et approuvé par un jury de 23 membres composé d’élus de la région des Hauts-de-France, de pros de la communication, d’apprentis, de lycéens et de représentants du personnel", explique ePlaque.fr, mettant en avant cette concertation ayant contribué au mariage réussi entre Nord-Pas-de-Calais et Picardie.

Tolérance pour le sticker régional

A noter que la référence locale sur la plaque "n’a pas nécessairement de lien votre adresse", indique le site officiel des immatriculations, précisant que "vous pouvez donc choisir le département avec lequel vous ressentez les attaches ou les affinités personnelles les plus profondes, que celui-ci soit ou non votre département de résidence."

Et s'il n’est en théorie pas autorisé de personnaliser la partie réservée au logo régional, le quotidien Sud-Ouest évoquait en 2016 le cas d’un automobiliste qui y avait apposé un logo du Stade Rochelais. Verbalisé dans un premier temps d’une amende de 90 euros, il a finalement eu la confirmation du commissariat qu’il n’aurait pas à payer l’amende.

Une tolérance qui s’appliquerait donc à tous les automobilistes… et même au forces de l’ordre elles-mêmes. La République des Pyrénées évoquait début janvier le cas de cette voiture la police municipale à Pau. Sur sa plaque, un drapeau Basque, véritable provocation en pays béarnais!

Julien Bonnet