BFM Auto

Techrules Ren RS: le diesel, meilleur ami des supercars électriques?

Le teaser de la supercar de Techrules, la Ren RS, qui sera dévoilée à Genève.

Le teaser de la supercar de Techrules, la Ren RS, qui sera dévoilée à Genève. - Top Gear BBC

Certains les opposent, mais Techrules a choisi de les réunir: ce spécialiste chinois de la R&D automobile présentera au salon de Genève dans 2 semaines sa supercar associant six moteurs électriques, développant 1305 chevaux, et un "bon vieux diesel", qui joue le rôle de prolongateur d’autonomie.

L’hybride diesel n’a plus vraiment la cote. Abandonné par Peugeot qui proposait un temps ses motorisations "HYbrid4", seuls Renault sur le dernier Scenic ou Audi avec le Q7 e-tron proposent encore cette combinaison. Pourtant, avec la Audi R18 e-tron, le prototype engagé en endurance et notamment aux 24 Heures du Mans avec 3 victoires (dont 2 doublés entre 2012 et 2014), cette association diesel-électrique avait gagné ses lettres de noblesse en sport automobile.

Quatre ou six moteurs électriques

C’est avec cette préoccupation de la performance que cette architecture plutôt rare (la plupart des motorisations hybrides fonctionnent avec un moteur essence) revient sur le devant de la scène. Techrules, entreprise chinoise spécialisée en R&D automobile, présentera le design définitif de sa supercar Ren RS le 6 mars prochain au salon de Genève. Après la présentation de la version de série, la Ren "tout court", sur ce même salon l’an dernier, le constructeur revient donc avec une déclinaison spécialement conçue pour le circuit, passant ainsi de 3 places à une seule. Et les chiffres annoncés promettent déjà d’affoler les compteurs.

Il y a deux possibilités: une Ren RS avec "seulement" quatre moteurs électriques, ou une Ren RS avec… six moteurs électriques! Pour la suite, nous nous concentrerons sur cette dernière version, car c’est uniquement sur celle-ci que Techrules a communiqué des chiffres de performance. Et parce que six moteurs, c’est forcément mieux que quatre!

Avec deux moteurs électriques à l’avant, quatre à l’arrière, la supercar dispose d’une puissance non-négligeable de 1305 chevaux! De quoi expédier un 0 à 100 km/h en moins de 3 secondes… ce qui est bien mais relativement décevant vu l’armada mécanique présente à bord et le contexte actuel avec la nouvelle frontière des 2 secondes qui s’ouvre pour les supercars électriques. La vitesse de pointe est de son côté annoncé à 330 km/h. Même chose que pour l’accélération, cela reste en-dessous de ce qui a par exemple été présenté pour le prochain Tesla Roadster prévu pour 2020. Un modèle certes encore au stade de prototype mais qui promet d’atteindre les 400 km/h et le 0 à 100 km/h en à peine 2 secondes.

Du diesel pour l'autonomie

Mais dans cette guerre des chiffres, TechRules propose une "TREV". Un acronyme pour "Turbine-Recharging Electric Vehicle", un prolongateur d’autonomie en quelques sortes comme ce que propose par exemple BMW sur sa i3 électrique. Ce moteur additionnel, un diesel ici, peut ainsi puiser dans un réservoir de 80 litres pour recharger la batterie. Cette dernière n’a donc pas besoin d’être énorme, ce qui pose en général des soucis en termes d’habitabilité intérieur, mais surtout de poids. Ici, on peut ainsi se contenter d’une capacité de 28 kWh, ce qui est moins que les packs qu’on trouve dans les dernières Nissan Leaf ou les Renault Zoé depuis 2017 (environ 40 kWh).

Avec ce système, Techrules évoque une autonomie de 1170 km, avec le plein de gazole bien sûr. Cela fera certes un peu mal aux convertis à l’électromobilité, mais ce pacte avec le grand méchant diesel reste aujourd’hui le seul moyen de dépasser les 1000 km en "électrique". A moins de rouler en Tesla Model S 100D pendant 29 heures à 40 km/h comme ces Italiens un peu fous qui cherchaient à battre un record d’autonomie.

D’après Techrules, la production de la supercar Ren et ses déclinaisons pourra démarrer d’ici deux ans. Si bien sûr l’entreprise parvient à établir les "partenariats stratégiques" nécessaires. C’est tout l’intérêt d’être présent à Genève, pour à la fois attirer de potentiels clients mais aussi faire passer cette Ren RS du rêve d’ingénieurs et de designers à la réalité.

Julien Bonnet, avec Top Gear