BFM Business

Audi Q7 e-tron, électrique en ville, diesel sur route

Un an après la sortie de la seconde génération du SUV, Audi dote le Q7 d'une version hybride rechargeable.

Un an après la sortie de la seconde génération du SUV, Audi dote le Q7 d'une version hybride rechargeable. - BFM TV

Un an après la seconde génération du Q7, Audi dévoile la version hybride rechargeable de son grand SUV. Ce Q7 ne convient pas à tous les conducteurs, mais consomme (plutôt) peu, vu son gabarit, tout en préservant le plaisir de conduire.

L’Audi Q7 e-tron, c’est le moine que l’on ne reconnait pas à cause de son habit. Sous ses airs de machine à fumée, le (très grand) SUV se révèle tout à fait compatible avec les strictes politiques de limitation de la pollution en ville. Ce qui tombe bien, car la ville est justement son terrain de prédilection. Explications sur route avec le seul hybride diesel du marché.

5,05 mètres de long, 1,96 mètre de large, le Q7 e-tron affiche un gabarit de rugbyman.
5,05 mètres de long, 1,96 mètre de large, le Q7 e-tron affiche un gabarit de rugbyman. © BFM TV

Le Q7 le plus puissant, le plus sobre aussi

"E-tron" en langage Audi signifie hybride rechargeable. Après la compacte A3, le Q7 accole donc aussi à son moteur thermique une machine électrique de 128ch, placée juste après le V6 3.0 TDI, et avant la boite automatique 8 rapports. Sous le plancher du coffre, une batterie lithium-ion complète le système. On perd alors le sous-coffre et ce Q7 ne peut recevoir de 3ème rangée de sièges, mais on gagne 200kg de plus sous la balance. Ouch! Au volant, le poids du Q7 ne s’oublie d'ailleurs jamais vraiment. Mais on gagne aussi en silence. Malgré son gabarit de joueur de rugby, le SUV se fait discret comme une Autolib sous les fenêtres de la Mairie de Paris. Au démarrage de l’essai, le SUV affiche 38km d’autonomie en tout électrique (Audi annonce 50km en théorie). On roule surtout sur le périph' parisien électrique, sans un bruit.

A gauche, le schéma en forme de route indique en orange l'autonomie grâce au moteur thermique. En vert s'afficherait aussi l'autonomie en mode tout électrique, mais notre batterie est déjà vide.
A gauche, le schéma en forme de route indique en orange l'autonomie grâce au moteur thermique. En vert s'afficherait aussi l'autonomie en mode tout électrique, mais notre batterie est déjà vide. © BFM TV

Une consommation de 6,8 litres aux 100 kilomètres

Le mode "Hybrid" permet ensuite de gérer le plus efficacement possible la récupération d’énergie au freinage et l’utilisation de la bi-motorisation (une dureté de la pédale d’accélérateur prévient le conducteur que le V6 prend le relais). Après 400km de trajet en ville, puis sur route, impossible en toute logique d'atteindre les 1,8 litre aux 100km de consommation annoncée par Audi (cycle NEDC). Mais avec seulement 6,8 litres aux 100, pour 5,05 mètres de long et 2,44 tonnes, le Q7 fait le job. Ultra-confortable sur la route, réactif grâce à son couple gigantesque de 700Nm, la vraie utilité de ce Q7 se trouve cependant sur les courts trajets du quotidien, saupoudrés de quelques longs voyages. Sans prise de recharge au travail, ou avec des parcours quotidiens de plus d’une cinquantaine de kilomètres, le TDI reviendra moins cher sur le long terme. Et même à court terme. Le prix de base du Q7 e-tron est en effet de 81.700 euros, contre 60.540 euros pour le Q7 diesel.

Le prix de départ est 20.000 euros plus cher que la version diesel.
Le prix de départ est 20.000 euros plus cher que la version diesel. © BFM TV

"LE truc": la conduite semi-autonome

Le confort, la finition, l'électrique, ok, mais le vrai truc qui décoiffe sur ce Q7, c’est l’Assistance Package. Comme la berline A4, le SUV dispose d’un assistant de conduite dans les embouteillages, associé au régulateur de vitesse, à l’avertisseur de franchissement de ligne et à la reconnaissance des panneaux. Pieds à plat sur le plancher et une main sur le volant (législation oblige), il fait tout tout seul: passe de 90 à 50 en entrant en agglomération, freine pour éviter une camionnette qui se rabat un peu trop vite sur le périphérique et rectifie sa trajectoire (le volant bouge seul sous la main, sensation étrange). Le système est perfectible: par exemple, la voiture passe brusquement à chaque nouvelle limitation de vitesse, de quoi surprendre les conducteurs qui la suivent.

"LE détail": le constructeur allemand a caché le pot d’échappement, détail pourtant indispensable dans la panoplie esthétique classique du gros SUV, pour appuyer la démarche écolo du Q7 e-tron.
"LE détail": le constructeur allemand a caché le pot d’échappement, détail pourtant indispensable dans la panoplie esthétique classique du gros SUV, pour appuyer la démarche écolo du Q7 e-tron. © BFM TV

"Le chiffre": 1650

C’est en euros le prix du crochet d’attelage et du dispositif de stabilisation de l’attelage, disponible en option. Certes, les options sont la base de la marge des constructeurs premium, mais le bouchon est peut-être poussé un peu loin.

La version de l'essai: Audi Q7 e-tron V6 3.0 TDI de 373ch cumulés et 700Nm de couple Quattro tiptronic BA8 Finition Avus Extended (la plus élevée) 99.700 euros

Pauline Ducamp