BFM Auto

Port obligatoire des bottes: la proposition de plusieurs députés qui met les motards en colère

Le port de bottes renforcées et homologués va-t-il devenir obligatoire? Un décret le propose, la FFMC s'y oppose

Le port de bottes renforcées et homologués va-t-il devenir obligatoire? Un décret le propose, la FFMC s'y oppose - YouTube

S'appuyant sur une étude de la Mutuelle des Motards, des députés proposent de rendre obligatoire le port des bottes pour les pilotes et passagers de motos et scooters. La Fédération Française des Motards en Colère affirme que la sensibilisation vaut mieux que la verbalisation. Elle estime que les données avancées dans le texte n'existent pas.

À moto et à scooter, le port de bottes renforcées et homologuées va-t-il devenir obligatoire pour les pilotes, mais aussi leurs passagers? C'est ce que réclame un groupe de députés mené par Bernard Brochand (LR). Il propose au gouvernement d'adopter un décret visant à mieux protéger les utilisateurs d'engins motorisés à deux, trois ou quatre roues comme les scooters ou les quads. 

En effet, si le casque et les gants sont déjà obligatoires pour protéger le haut du corps, ce sont les membres inférieurs qui sont les plus touchés lors des accidents. Et avec l'arrivée des beaux jours, il n'est pas rare de voir hommes et femmes prendre le guidon avec aux pieds des chaussures légères.

Le décret s'appuie sur une étude de la Mutuelle des motards selon laquelle "seuls 15 % des motards sont sensibles à la protection des jambes et des pieds. Et ce pourcentage est bien moindre dans de nombreuses régions touristiques où la chaleur estivale ne favorise pas le port d’équipements protégeant les parties inférieures du corps".

9 motards sur 10 portent déjà des bottes

Ce projet fait bondir la Fédération Française des Motards en Colère (FFMC), notamment car le pourcentage est attribué à la Mutuelle des Motards. Or cette mutuelle est directement liée à cette fédération.

"On ne sait pas d'où il sort, ces 15% viennent de nulle part, a répondu à BFMTV Didier Renoux, chargé de la communication de la FFMC. Notre fédération l'a créée pour mieux protéger les motards et si une étude avait évoqué ces 15%, nous le saurions".

Une étude a bien existé, reconnait Didier Renoux, mais elle avance d'autres conclusions sur les motards et leurs équipements de protection.

"Il y a quelques années, nous avons effectivement réalisé une enquête de sensibilisation sur les protections. Un sondage avait établi que 93% des motards portent des bottes pendant l'hiver et 88% l'été. On est très loin de ces 15% sensibles au port des bottes".

D'où provient alors ce chiffre? Comme l'a repéré le site Moto-Net, il avait déjà été utilisé il y a dix ans pour appuyer une autre proposition de loi. Citant une étude de la Mutuelle des motards, ce texte proposait de réduire la TVA sur les équipements de protection.

"Les motards ne pensent pas à protéger le bas du corps ni le dos. Exit donc les pantalons renforcés, les bottes, bottines ou chaussures renforcées, et totalement oubliée la dorsale homologuée... 15 % d’entre eux seulement sont sensibles à la protection des jambes et des pieds", selon "une étude de l’Assurance Mutuelle des Motards".

Crainte des verbalisations abusives

Didier Renoux est d'autant plus remonté que la FFMC ne cesse de tenter de convaincre les motards de se protéger des pieds à la tête. "Il faut sensibiliser et éduquer comme on l'a fait pour l'airbag. Coller des amendes ne convaincra pas cette une minorité de personnes qui ne se protègent pas", soutient le porte-parole de la FFMC.

Il rappelle d'ailleurs que lors de l'examen du permis moto, le port d'un équipement adéquat (casque, gants, bottes, blouson et pantalon) est obligatoire. Il signale aussi que la Mutuelle des Motards incite à porter son s'équiper en proposant le remboursement des protection en cas d'accident. "

Ce décret qui repose sur de la sensiblerie a été visiblement rédigé par des gens qui n'"y connaissent rien. Les motards savent ce qu'ils risquent en cas d'accidents et 9 sur 10 se protègent", assène Didier Renoux.

"Au lieu de faire de la prévention et de l'éducation, ces députés proposent de coller des amendes aux motards qui vont encore se faire pruner bêtement parce que leurs bottes ne portent pas la bonne étiquette", estime Didier Renoux en rappelant les verbalisations abusives lorsque les gants homologués sont devenus obligatoires. L'amende s'élève à 68 euros avec le retrait d'un point sur le permis de conduire.

Un casse-tête pour les motos-taxis

Pour le moment, le texte n'a pas été adopté. S'il l'était, il soulèverait d'autres questions. Comment les motos-taxis vont pouvoir s'y conformer? La plupart incite déjà leurs clients à porter des chaussures montantes et éviter les escarpins et les mocassins, mais est-il possible de rendre obligatoire le port de bottes de moto pour les emprunter? 

"Ce serait une contrainte difficile à appliquer. Il serait compliqué de disposer des chaussures dans toutes les tailles ou d'imposer aux clients d'avoir leur équipement", signale Louis Penin, responsable des opérations de City Bird, une compagnie de motos-taxis. C'est pourtant ce qu'ils devront faire si ce décret est accepté.

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco