BFM Business

Les prix des carburants continuent de remonter doucement

Image d'illustration - Selon les derniers chiffres publiés ce lundi, les prix à la pompe ont encore légèrement augmenté la semaine dernière, trois semaines après le début du confinement.

Image d'illustration - Selon les derniers chiffres publiés ce lundi, les prix à la pompe ont encore légèrement augmenté la semaine dernière, trois semaines après le début du confinement. - AFP

Selon les derniers chiffres publiés ce lundi, les prix à la pompe ont encore légèrement augmenté la semaine dernière, trois semaines après le début du confinement.

Les Français ont encore payé un tout petit peu plus cher leur essence ou leur gazole la semaine dernière. Comme cela a été le cas la semaine précédente, les prix du carburant dans les stations-services poursuivent leur lente remontée, tirée par une reprise de l’activité mais aussi par des ajustements sur la production.

Légère hausse du gazole comme de l'essence

Selon les données du ministère de la Transition écologique et solidaire publiées ce lundi, le gazole, le carburant le plus vendu en France, valait 1,1910 euro par litre dans les données arrêtées au 5 juin. Soit une hausse de 0,56 centime par rapport à la semaine précédente.

L'essence super sans plomb 95-E10, qui contient jusqu'à 10% d’éthanol, a lui gagné 0,48 centime, à 1,2714 euro le litre en moyenne en France.

Si ces prix remontent, ils restent cependant bien inférieurs à ceux enregistrés en tout début d'année. Ils ont tout de même progressé régulièrement depuis le début du déconfinement il y a trois semaines. En effet, le prix moyen du gasoil a progressé de 3,3 centimes depuis la semaine du 11 mai, le SP95-E10 de 4,8 centimes.

Une hausse de la consommation de carburants

Cette hausse devrait se poursuivre dans les prochaines semaines, car la consommation de carburant augmente. En France, la demande se situe désormais à "-20% à 25% par rapport à la normale", a indiqué l'Union française des industries pétrolières (UFIP). La situation semble donc se normaliser peu à peu. En avril, durant le confinement, les livraisons de super sans plomb avaient chuté de 70,2% et celles de gazole de 61,5%. Au tout début du confinement, la consommation de carburant avait chuté dans certaines villes de près de 90%. 

Pauline Ducamp avec AFP