BFM Auto

Les automobilistes plébiscitent le freinage d’urgence, pas le parking automatique

Plusieurs aides à la conduite pourraient bientôt devenir obligatoires en Europe.

Plusieurs aides à la conduite pourraient bientôt devenir obligatoires en Europe. - Ford

L’institut MegaCities publie ce mercredi une étude sur les conducteurs utilisant les aides à la conduite comme le freinage automatique d’urgence ou l’aide au parking, et leurs habitudes.

Elles arrivent cette année sur des petits véhicules comme la nouvelle Renault Clio, mais comment les conducteurs appréhendent-ils réellement au quotidien les aides à la conduite (aussi appelées ADAS)? Une étude* parue ce mercredi sonde l’utilisation de ces dispositifs d’assistance, premiers pas vers la voiture autonome.

L’institut MegaCities a ainsi interrogé des conducteurs français dont le véhicule est équipé au minimum d’un ADAS, parmi les plus répandus. Si les Français plébiscitent le freinage d’urgence, ou le régulateur adaptatif de vitesse, les systèmes d’aide au parking automatisé n’ont eux pas la cote.

L’aide au parking décevante pour les Français

23% seulement des automobilistes interrogés utilisent ainsi régulièrement l’aide au parking. Ils sont encore moins nombreux à la juger indispensable dans leurs prochains véhicules: 18% seulement. Or, selon une étude de l’équipementier allemand Bosch également parue ce mercredi, les Français sont pourtant les conducteurs européens les plus équipés en aide au stationnement. Ils sont ainsi 85% à en avoir un dans leur voiture, de la caméra de recul, aux avertisseurs sonores jusqu’au système de parking sans les mains. C’est 20% de plus que l’année précédente.

"Les conducteurs répondent qu’ils sont plus rapides que ce système pour stationner leur véhicule, et plus précis. Ils sont capables de faire entrer le véhicule dans des places plus petites, explique Franck Cazenave, président du MegaCities Institute. Si le système est moins performant que l’être humain, il faut le faire progresser".

Un freinage d’urgence plébiscité et bientôt obligatoire

A contrario, les conducteurs plébiscitent le freinage automatique d’urgence: 94% le gardent activé depuis l’achat de leur véhicule. Or, quand un conducteur ne se sert pas d'un équipement dans les premiers jours suivants l'achat, il ne s'en sert jamais. L’année dernière, un tiers des voitures neuves vendues en France disposaient du freinage automatique.

Autre aide à la conduite jugée très positivement: le régulateur adaptatif de vitesse. Ce système gère en permanence la distance de sécurité avec le véhicule qui précède, tout en respectant les limitations de vitesse. 79% des conducteurs utilisent régulièrement cette fonction.

"Couplé à des phares à LED adaptatifs par exemple, cela représente un vrai plus en termes de confort, et donc de sécurité routière, poursuit Franck Cazenave. Il faut le rappeler: les systèmes d’assistance à la conduite sont avant tout des éléments de sécurité routière".

L’étude révèle cependant certains biais dans l’utilisation des aides. Ainsi, 44% des personnes sondées ont été surprises lors du déclenchement du freinage d’urgence. Mieux expliquer le fonctionnement de certaines options pourraient donc être intéressantes, notamment pour le freinage d’urgence. Cet équipement pourrait en fait devenir demain obligatoire. L’ONU veut en effet rendre cette option obligatoire dès 2020 en Europe, et au Japon notamment.

*Etude réalisée auprès de 474 conducteurs, clients de l’assureur Allianz, dont les véhicules sont équipés d’au moins une des trois aides à la conduite freinage automatique d’urgence, régulateur adaptatif de vitesse, systèmes d’aide au parking automatisé.

Pauline Ducamp