BFM Business

Le délégué à la Sécurité routière s'excuse après s'être garé sur une piste cyclable

Le délégué interministériel à la Sécurité routière, Emmanuel Barbe, pris en flagrant délit d'arrêt sur une piste cyclable.

Le délégué interministériel à la Sécurité routière, Emmanuel Barbe, pris en flagrant délit d'arrêt sur une piste cyclable. - Capture d'écran 6Play

Aperçu dans un reportage en train de sortir d'un véhicule arrêté sur une piste cyclable, le délégué interministériel à la Sécurité routière a présenté ses excuses sur Twitter.

Pris sur le fait. Le délégué interministériel à la Sécurité routière, Emmanuel Barbe, a été aperçu dans un reportage en train de sortir d'une voiture. Or, des téléspectateurs et internautes ont remarqué que son véhicule était alors arrêté sur une piste cyclable. 

Sur Twitter, le compte @ParisEnVoiture (géré par un cycliste mais à l'origine parodique) a publié samedi l'extrait sous forme d'image animée GIF, en mentionnant le compte de la Sécurité routière @RoutePlusSure et en soulignant ironiquement "le bon exemple" montré par son représentant.

La séquence faisait partie d'un reportage consacré à une initiative originale de la gendarmerie en Dordogne, qui récompense désormais les bons conducteurs, et diffusé vendredi dernier dans le 19.45, le journal télévisé de M6.

"Tous responsables, y compris moi"

Quelques instants après l'envoi du tweet, le délégué interministériel a présenté ses "excuses aux cyclistes", jouant également sur le célèbre slogan "Tous Responsables", en ajoutant un "y compris moi".

135 euros d'amende

Si l'utilisateur de Twitter qui avait posté la séquence a apprécié ces excuses, il en a tout de même profité pour rappeler que ce comportement exposait à une amende de 135 euros. Il s'agit en effet d'une contravention de 4e classe: le stationnement ou l'arrêt sur les passages piétons, trottoirs et pistes cyclables, des comportements souvent dénoncés sur les réseaux sociaux avec le hashtag #GCUM (pour "garé comme une merde").

Plus que la sanction encourue, il s'agit surtout d'un comportement mettant gravement en danger les cyclistes. Comme le rappelle @ParisEnVoiture dans un autre tweet, le conducteur d'une camionnette qui s'était garé sur une piste cyclable a écopé l'année dernière de six mois de prison avec sursis pour homicide involontaire. En l'évitant, un cycliste avait trouvé la mort en 2015 à Strasbourg.

Julien Bonnet