BFM Auto

La "boîte noire" qui enregistre tout, bientôt obligatoire dans nos voitures?

Sur les derniers modèles de Citroën, pas encore de boite noire mais une caméra qui peut enregistrer une vidéo des dernières secondes avant un accident.

Sur les derniers modèles de Citroën, pas encore de boite noire mais une caméra qui peut enregistrer une vidéo des dernières secondes avant un accident. - Citroën

Le Parlement européen pourrait imposer la présence d'un enregistreur de données à bord des voitures afin de mieux comprendre les circonstances d'un accident. Un dispositif qui rappelle les fameuses boîtes noires embarquées dans les avions pour connaître les causes d'un crash aérien.

Comment mieux connaître les causes d'un accident? Alors que le Parlement européen étudie actuellement les prochains équipements de sécurité qui seront obligatoires dans les véhicules neufs, comme le freinage d'urgence, l'idée d'une "boîte noire" à bord des voitures refait surface.

Quelles données?

Les termes employés rappellent en effet le dispositif qui équipe les avions de ligne: "Tous les véhicules seront équipés d’enregistreurs de données d’événements qui enregistreront les données critiques relatives aux accidents quelques secondes avant qu’ils ne se produisent, peut-on lire dans le communiqué du Parlement européen, précisant que ces appareils "fourniront des informations cruciales pour l’analyse et la réduction des accidents".

"Toute la problématique est de savoir quelles sont ces données critiques. Quelles données? De l’image, du son de la vidéo, des données télémétriques ou comportementales du véhicules… Et qui et quand peut en disposer? Au-delà d’un usage pour clarifier les conditions d’un accident, on pense tout de suite aux assurances et au principe du 'pay as you drive', avec une prime évaluée en fonction de la conduite réelle", souligne Guillaume Crunelle, associé responsable de l'industrie automobile chez Deloitte.

Le Parlement européen devra bien sûr se pencher sur ces questions concernant le type de données utiles, leur durée de conservation et qui pourrait y accéder. L'obligation d'équiper les nouveaux modèles pourrait intervenir à partir de mai 2022, et à partir de mai 2024 pour les véhicules neufs déjà commercialisés.

Un public préparé avec l'essor des dashcams

Ce dispositif d'enregistrement des données s'inscrirait en tout cas dans un mouvement plus global d'adoption des fameuses dashcams. Ces caméras qui enregistrent des souvenirs de son trajet mais aussi les secondes précédents un accident. Citroën propose même ce dispositif directement intégré au véhicule sur ses dernières C3 et C5 Aircross. Pour Guillaume Crunelle, il faut toutefois bien distinguer un usage actuellement volontaire d'un dispositif qui deviendrait obligatoire:

"Dans un certain nombre de pays, on constate un essor des ventes de dashcams qui correspond à un besoin des individus à se protéger et de faire émerger la vérité en cas d’accident. Cependant, c’est aujourd'hui l’utilisateur qui a le contrôle de ses données et qui peut ou pas les utiliser. Dans une utilisation type boîte noire, ce serait différent avec une exploitation qui dépendrait par exemple des circonstances de l’accident"

Au-delà du nom de boîte noire, pas question non plus de comparer avec le dispositif qui équipe les avions, rappelle Guillaume Crunelle:

"Il faut se méfier des parallèles avec le monde aérien. Une boîte noire enregistre par exemple les conversations dans la cabine de pilotage mais il s’agit d’un équipage professionnel dans l’exercice de son métier. A bord d’une voiture, avec des particuliers dans le cadre de leur vie privée, ce n’est plus le même contexte. Toutefois, je pense que le cadre européen, avec notamment la réglementation RGPD récemment mise en place, a défini des règles pour garantir la protection des données et la vie privée des individus."

Julien Bonnet