BFM Auto

L’Ile-de-France, bientôt "première région mondiale de la voiture autonome"?

Valérie Pécresse a annoncé un plan de 100 millions d’euros pour accélérer les tests de voiture sans conducteur en région parisienne dès cette année.

Si le gouvernement veut faire de la France l’un des pays leaders en matière de voiture autonome, l’Ile-de-France veut être à la pointe de cette révolution. Ce lundi, la présidente de la région Valérie Pécresse a presque volé la vedette à Anne-Marie Idrac, haute responsable pour la stratégie nationale de développement des voitures autonomes, et à la ministre des Transports Elisabeth Borne, qui présentaient leurs conclusions pour le déploiement de cette nouvelle technologie. Valérie Pécresse a en effet détaillé ses ambitions pour faire de l’Ile-de-France "la première région mondiale en matière de voiture autonome".

Des tests sur des voies dédiées sur autoroute

Dès la semaine prochaine, la région va répondre à l’appel à projets lancé par le ministère de la Transition écologique et des Transports, afin de mettre en place des tests de véhicules autonomes dès l’an prochain. Ces tests porteront sur des routes avec beaucoup de trafic, avec des trajets assez simples, vers de grands sites économiques ou touristiques.

"L’expérimentation pourra ainsi avoir lieu sur l’A1 vers l’aéroport de Roissy, l’A6 vers Orly, l’A4 vers Disneyland ou encore l’A13 vers Versailles et Saint-Quentin en Yvelines, a précisé Valérie Pécresse. Aujourd’hui, nous connaissons les lieux dans la région, où les gens ont envie de se rendre. Si nous arrivons à satisfaire l’ensemble de ces demandes de mobilités, l’avenir de la voiture autonome sera assuré".

Le plateau de Saclay (Yvelines) et son pôle de recherche ou l'A86 vers La Défense pourraient être également une zone desservie. "Il faut mettre en place ses tests sur des voies dédiées sur autoroute, afin de mettre en avant le gain de temps", poursuit la présidente de région. Ce qui suppose de supprimer certaines bandes d’arrêt d’urgence pour mettre en place ces voies dédiées à des flottes de 20 à 40 véhicules de transports autonomes.

Une enveloppe de 100 millions d’euros

La région Ile-de-France (avec IDF Mobilités) préparera l’infrastructure pour accueillir ses véhicules, d'ici fin 2019 à début 2020.

"La région va mettre 100 millions d’euros sur la table pour utiliser les bandes d’arrêt d’urgence d’un certain nombre d’autoroutes pour en faire des voies supplémentaires intelligentes avec du wifi, avec des capteurs, des voies qui pourront dialoguer avec la voiture", a précisé Valérie Pécresse au micro de BFM Paris.

Reste à savoir si cette enveloppe de 100 millions d’euros sera suffisante pour un véritable déploiement à grande échelle. Plus que des voitures individuelles autonomes, Valérie Pécresse aimerait voir se développer des navettes de transports publics autonomes, comme des services de livraison, afin de gérer dans les deux cas la problématique du dernier kilomètre. "C’est une réponse à la congestion", assure Valérie Pécresse, qui voit notamment l’objectif des Jeux Olympiques en 2024, pour disposer de ces services de transport sans chauffeur.

Pauline Ducamp