BFM Business

Faire son plein coûtait un peu plus cher la semaine dernière

Le gazole s'affichait à 1,4180 euro le litre la semaine dernière en moyenne en France. C'était 0,94 centime de plus que la semaine précédente.

Le gazole s'affichait à 1,4180 euro le litre la semaine dernière en moyenne en France. C'était 0,94 centime de plus que la semaine précédente. - JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

Après un mois de juin aux tarifs plus modérés dans l’ensemble, les prix des carburants ont légèrement augmenté la semaine dernière. Le début d’une hausse continue cet été?

Les tensions internationales se font de nouveau sentir dans les stations-service. Les prix du gazole comme de l’essence sont repartis à la hausse la semaine dernière, après plusieurs semaines de baisse continue, selon les derniers chiffres officiels du ministère de la Transition écologique, publiés ce lundi.

Un litre de gazole à presque 1,42 euro le litre en moyenne

Le gazole s'affichait à 1,4180 euro le litre la semaine dernière en moyenne. C’est 0,94 centime de plus que la semaine précédente, où le diesel avait atteint 1,4086 euro le litre. A presque 1,42 euro le litre, le gazole reste pour le moment loin du plus haut des 1,48 à 1,50 euro enregistrés fin avril.

Le sans-plomb 95 a de son côté stagné, avec + 0,16 centime, mais il passe ainsi symboliquement la barre de 1,50 euro le litre. En moyenne, la semaine dernière, le SP95 s’affichait à 1,5096 euro. Le prix de l’essence ne bouge ainsi pratiquement pas par rapport à la semaine précédente.

Un carburant plus cher cet été?

Ce mouvement de hausse pourrait cependant se poursuivre. A côté des tensions entre les Etats-Unis et l’Iran, l’organisation des pays producteurs de pétrole (OPEP) et ses partenaires ont en effet décidé ce lundi de maintenir la production de pétrole à la baisse pendant 9 mois, soit jusqu’en mars 2020. Ces 24 pays, qui pompent la moitié du pétrole du globe, avaient déjà décidé en décembre d'abaisser leur offre cumulée de 1,2 million de barils par jour (mbj) pour soutenir les cours, qui restent contenus malgré la recrudescence des tensions géopolitiques au Moyen-Orient.

Le but: soutenir les cours, ce qui risque d’entraîner une hausse du prix à la pompe en pleine période de vacances, notamment en Europe et aux Etats-Unis. De moins de 30 dollars en 2016, le baril de brut est remonté à plus de 60 dollars cette année à New York. Son cours pourrait continuer à grimper. Vendredi dernier, le baril de Brent de la Mer du Nord, le brut de référence en Europe, avait terminé en hausse de 2,1% sur une semaine, à 66,55 dollars.

comment se décompose un litre de gazole

Pauline Ducamp, avec AFP