BFM Business

Difficile de trouver un vélo neuf en magasin

Face à l’explosion de la demande, les industriels du vélo ont dû en urgence augmenter leur production. Mais certains modèles restent en rupture, une situation qui risque de perdurer en septembre.

Si vous envisagez d’acquérir un vélo neuf à la rentrée, ne tardez pas. Les ventes ont explosé depuis le déconfinement et face à cette demande, le modèle que vous aviez repéré n’est pas forcément disponible immédiatement en magasin.

"On manque actuellement de vélos", résume Virgile Caillet, secrétaire général Union Sport&Cycle interrogé ce vendredi sur BFM Business.

"Le vélo est une denrée rare cet été", nous confirme Olivier Garcia, directeur produits du groupe Fnac-Darty, spécialisé dans les modèles à assistance électrique. Actuellement, seulement 50% des produits référencés par les deux enseignes sont disponibles immédiatement. Il faut commander pour obtenir les autres modèles.

"Mieux vaut s’y prendre tôt, conseille Olivier Garcia. Il est préférable de précommander son vélo d’ici la fin du mois pour l’avoir fin septembre. Ensuite, vous risquez d’attendre des mois sur certains produits".

Production en dents de scie et demande qui explose

S’il en bénéficie pleinement, avec des chiffres de ventes multipliés par cinq rien qu’en France ce printemps, le secteur de la petite reine a subi de plein fouet la crise du coronavirus. "On assemble beaucoup de vélos en France mais il faut savoir qu’un certain nombre d’éléments, comme les tubulaires, sont importés de Chine. Donc avec le blocage en raison du coronavirus, il y a un déficit d’approvisionnement et cela se répercute à la fin de la chaîne", explique Virgile Caillet.

Les usines chinoises ont pleinement repris cet été mais l’acheminement impose une contrainte supplémentaire. Dans un trafic aérien très perturbé, les coûts d’exportation par avion ont explosé. Or, par bateau, les délais sont incompressibles avec huit semaines d’attente entre la sortie de l’usine et la réception des pièces. Tous les producteurs ont surtout revu leurs cadences de production à la hausse. "Sur les modèles les plus plébiscités, nous avons accentué notre capacité de production, d'assemblage", nous explique ainsi une porte-parole de Décathlon.

Mais même en tournant à plein régime, certains fabricants ont du mal à suivre une demande qui a explosé, en Europe mais aussi aux Etats-Unis, de la part de particuliers mais aussi d’entreprises qui veulent équiper leurs salariés. Cette semaine, le New York Times révélait ainsi que même le groupe Giant, l’un des principaux producteurs de vélo asiatique, peinait à y répondre.

"Nous avons eu la chance d’avoir un engouement absolument exceptionnel autour du vélo, avec des plans de production qui n’avaient pas du tout anticipé ce phénomène", poursuit Virgile Caillet, qui voit cette industrie au bord d’une "vraie révolution culturelle".

Un retour à la normale d’ici novembre

Si les professionnels prévoient un pic d’activité à la rentrée, les soucis d’approvisionnement devraient se régler d’ici octobre ou novembre. "Nous avons référencé beaucoup de nouvelles marques, qui ont plus de stocks", nous précise Olivier Garcia.

Si vous ne pouvez pas attendre plusieurs semaines pour un vélo neuf, reste le marché de l’occasion, notamment via les magasins spécialisés ou les sites de petites annonces. Et les grandes enseignes s’y mettent. Comme Décathlon qui propose un service d’occasions, avec des petites annonces en ligne de vélos à venir ensuite retirer en magasin. De quoi repartir immédiatement avec sa bicyclette.

Pauline Ducamp
https://twitter.com/PaulineDucamp Pauline Ducamp Cheffe de service BFM Auto