BFM Auto

Des lunettes "Seetroën" pour vaincre le mal des transports

Citroën commercialise depuis peu des lunettes pour soulager le fameux mal des transports, qui toucherait une personne sur trois. Découverte en images.

Citroën lance "Seetroën", un nouveau modèle... de lunettes. Le constructeur automobile ne se lance pas dans une nouvelle activité d'opticiens mais vient proposer un objet utile en lien avec son domaine de prédilection.

Les "Seetroën" visent en effet à soulager les personnes atteintes de mal des transports, en avion, en train mais aussi en voiture. Une manière peut-être pour Citroën de se rattraper après avoir rendu de nombreuses personnes malades à l'arrière de la célèbre DS: une voiture mythique mais dont la célèbre suspension hydraulique pouvait rendre le trajet difficile à vivre pour certains!

Déjà en rupture de stock

Plus sérieusement, il s'agit ici pour Citroën d'ajouter un produit original à sa boutique en ligne. Malgré son prix assez élevé: 99 euros, le produit est d'ailleurs en rupture de stock, avec une reprise des livraisons prévue pour septembre.

Pour éviter ce mal des transports, qui toucherait une personne sur trois, les Seetroën ont été développé avec la start-up varoise Boarding Ring. Le principe est simple: dès que le sentiment de nausée apparaît, on enfile ces drôles de monture à quatre ouvertures et avec un étrange liquide bleu qui circule à l'intérieur. Et c'est d'ailleurs ce liquide qui va permettre de soulager la personne souffrante.

Une solution... réservée au plus de 10 ans

La cinétose, le nom scientifique du mal des transports, vient en effet d'un conflit entre ce que perçoit mon oreille interne, les mouvements de la voiture et ce que perçoivent nos yeux, surtout quand on consulte son téléphone ou lit un livre. Les cercles de liquide vont créer une ligne d'horizon continue quand on regarde son téléphone ou à l'extérieur. En une dizaine de minutes normalement, le mal disparaît.

"Les lunettes ont été développées à l'origine pour les marins, une population assez réduite et nous nous sommes dits que ça pouvait complètement au mal des transports en général, explique Arnaud Belloni, directeur marketing chez Citroën.

Avec leur prix, l'autre inconvénient de ces lunettes c'est de ne pas pouvoir être utilisées par les enfants de moins de 10 ans. Pas de solution miracle donc pour les bambins qui devront continuer à simplement fixer leur regard loin devant... et prendre leur mal en patience.
Pauline Ducamp et Julien Bonnet