BFM Business

Contrairement au reste des Européens, les Français ont de moins en moins de voitures

Un parking en Angleterre. (photo d'illustration)

Un parking en Angleterre. (photo d'illustration) - ANDY BUCHANAN / AFP

Alors que la majorité des parcs européens de voitures particulières grossissent chaque année, celui de la France diminue doucement depuis 2013.

32 millions: c'est le nombre de voitures particulières immatriculées en France selon Eurostat. Dans l'absolu, il s'agit du deuxième plus gros parc automobile européen, derrière l'Allemagne et ses 46 millions de véhicules.

Des chiffres impressionnants qu'il faut cependant nuancer par rapport au nombre d'habitants. Ainsi, lorsqu'on regarde le nombre de véhicules pour 1000 habitants, la France se trouve très loin de la première place occupée par... le Luxembourg.

Proportionnellement, la France a donc un petit parc automobile comparable à celui du Royaume-Uni ou de la Suède (478 voitures pour 1000 habitants). Et ce n'est rien si on élargit le champ de comparaison. 

"On se situe dans la fourchette basse des pays développés, explique Flavien Neuvy, président de l’Observatoire Cetelem de l’Automobile. On est par exemple très loin des Etats-Unis qui frôlent les 800 véhicules pour 1000 habitants". 

Au sein de l'UE, personne n'atteint de tel taux. L'Allemagne et l'Italie, deux pays très équipés, s'approchent des 600 véhicules pour 1000 habitants. Un chiffre qui s'explique par "la place importante occupée par la voiture dans ces sociétés", selon Flavien Neuvy. 

De moins en moins de véhicules particuliers chaque année en France

Mais là où la France se démarque de ses voisins, c'est dans l'évolution de son parc automobile particulier. Alors qu'il est en constante évolution dans la plupart des pays européens depuis 20 ans, celui de la France diminue depuis 2013. Une baisse certes faible, mais tout de même notable.

Peu de (très) vieilles voitures en France

Malgré un marché qui ne croît plus, le parc automobile français reste relativement jeune, en particulier si l'on compare avec les pays de l'est de l'Europe, par exemple la Pologne. Pour le président de l’Observatoire Cetelem de l’Automobile, ces statistiques s'expliquent notamment par la "culture de la voiture d'entreprise":

"En France et en Belgique, les entreprises changent généralement les véhicules de leurs employés tous les 3 ans, ce qui contribue beaucoup au rajeunissement du parc automobile."

L'infographie ci dessous permet de se rendre compte de la "jeunesse" du parc automobile français par rapport à celui de pays voisins.

Cliquez sur les barres pour afficher le pourcentage de véhicules dans chaque catégorie d'âge.

Il n'y a cependant pas de quoi exulter. "Le parc automobile français n'est pas vraiment jeune, il est juste moins vieux que celui des autres pays européens, tempère Flavien Neuvy. L'âge moyen des voitures particulières était de 6 ans dans les années 1990. Aujourd'hui, il tourne plutôt autour de 9 ans. Donc même s'il reste jeune, notre parc vieillit d'année en année".

Louis Tanca