BFM Business

Salon de Francfort: le grand pas en avant d'Audi dans la conduite autonome

Sur son stand du salon de Francfort, Audi aligne la dernière version de sa berline grand luxe, l'A8, et deux concepts futuristes. Leur point commun, la conduite autonome: de l'assistant très poussé à la voiture sans volant ni pédale.

Avec la recherche de nouvelles formes de motorisations plus propres, la conduite autonome s'impose sans aucun doute comme l'un des enjeux majeurs actuellement pour l'industrie automobile. Depuis plusieurs années, les marques multiplient les concepts mais, au salon de Francfort qui vient d'ouvrir ses portes, une voiture de série devrait pouvoir vous permettre de lâcher réellement les mains du volant pendant qu'elle s'occupe de tout.

L'Audi A8, conduite autonome sous condition

Les différents capteurs de l'Audi A8, dont un Lidar (ou laser scanner) à l'avant.
Les différents capteurs de l'Audi A8, dont un Lidar (ou laser scanner) à l'avant. © Audi

Cette voiture, c'est la nouvelle Audi A8. La berline grand luxe de la marque aux anneaux propose en effet une délégation de conduite de niveau 3, une première dans l'offre automobile. Cela signifie que dans certaines conditions, ici jusqu'à 60 km/h, le conducteur pourra faire réellement autre chose que conduire. En comparaison, et s'il est déjà assez poussé, l'Autopilot de Tesla s'assimile davantage à du niveau 2, dans le sens où le conducteur doit toujours garder les mains sur le volant et être prêt à réagir en cas de problème

Pour son A8, Audi va donc plus loin et parle "d'automatisation conditionnelle".

"Le conducteur n’a plus besoin de surveiller en permanence les abords du véhicule et peut se lancer dans d’autres activités proposées par l’équipement embarqué. Le système reconnaît de façon autonome les limites, c’est-à-dire le moment où les conditions de circulation ne sont plus compatibles avec l’éventail de ses fonctions. Dans ces cas-là, le véhicule invite le conducteur à reprendre la conduite au moyen d’une alerte envoyée plusieurs secondes à l’avance", précise le communiqué de la marque.

Avec ses sièges confortables et ses grands écrans, nul doute qu'un conducteur d'Audi A8 trouvera de quoi faire pendant qu'il délègue la conduite. Seul problème pour le moment: la législation n'autorise pas encore le conducteur a ne plus regarder la route ou à lâcher les mains du volant. A voir si dans son discours marketing, la marque joue dans les mois qui viennent sur une potentielle évolution réglementaire rapide. L'Audi A8 arrivera en effet en concession en novembre prochain.

L'Audi Elaine, la voiture à conduire... ou pas

Premier concept dévoilé par Audi à Francfort: l'Elaine. Pour la forme, il s'agit d'une version remaniée du concept e-Tron Sportback, vu en début d'année et qui avait été utilisé dans une publicité se moquant (gentiment) du patron de Tesla Elon Musk. Car oui, si l'Audi A8 exploite encore un bon vieux moteur thermique (en essence et diesel), les concepts Audi sont désormais tous 100% électriques. Il faut bien préparer les esprits à l'avenir de la marque, avec un premier "e-Tron" attendu l'an prochain.

Mais ce qui nous intéresse ici, c'est que ce concept Elaine pousse un peu plus loin la conduite autonome. Audi parle en effet de "forte automatisation". 

"Les systèmes de niveau 4 n’exigent aucune assistance de la part du conducteur, mais leurs fonctions sont limitées à une zone spécifique, par exemple une autoroute ou un parc de stationnement. Dans ces situations, le conducteur peut entièrement transférer la conduite au système. Le conducteur n’est obligé de reprendre la conduite que lorsque le véhicule quitte cette zone conçue pour la conduite hautement automatisée. Si le conducteur ne réagit pas, le système adopte une position de sécurité, par exemple en s’arrêtant sur la bande d’arrêt d’urgence", détaille le constructeur. 

Audi donne l'exemple des futurs taxis robot. C'est ce niveau d'autonomie sur lequel travaillent en particulier les constructeurs français. Sur votre futur Renault Espace ou Citroën C4 Picasso, vous pourrez sans doute déléguer totalement la conduite lors d'un long trajet sur autoroute, avant de reprendre le volant après avoir passé le péage. 

Audi Aicon, la voiture qui ne se conduit pas

L'intérieur de la première Audi sans volant ni pédale
L'intérieur de la première Audi sans volant ni pédale © Audi

Deuxième concept présenté par Audi hier: l'Aicon. On est toujours sur du 100% électrique mais il s'agit surtout de la première voiture de la marque aux anneaux à n'avoir ni volant, ni pédale. On parle alors du niveau ultime de conduite autonome, le niveau 5, et il n'est tout simplement plus possible de conduire. On peut ainsi imaginer qu'elle pourra se déplacer sans personne à bord ou avec des personnes n'ayant pas le permis... vu qu'on ne pourra pas conduire.

"Le véhicule assume entièrement les contrôles latéraux et longitudinaux. Les systèmes de niveau 5 n’ont jamais besoin de l’aide du conducteur. Les éléments de contrôle comme le volant ou les pédales ne sont plus nécessaires", résume Audi. 

Cette Aicon rejoint le petit groupe de prototypes sans volant ni pédale. L'un des premiers et les plus célèbres n'a pas été développé par un constructeur puisqu'il s'agit de la première Google Car, qui a récemment pris sa retraite. Depuis, Smart a aussi sorti un concept avec cette particularité, la Vision EQ ForTwo, ainsi que Volkswagen avec Sedric

En attendant de voir tous ces concepts futuristes un jour sur nos routes, Audi fait figure de laboratoire et de vaisseau amiral pour le déploiement de ces technologies au sein du groupe Volkswagen. Et si vous n'êtes pas encore près de lâcher le volant, la marque allemande a déjà mis les musiciens au chômage: en allusion à son futur tourné vers l'intelligence artificielle, le concert accompagnant sa conférence de presse était ainsi assuré par des robots. Drôle d'époque!

Les robots musiciens d'Audi
Les robots musiciens d'Audi © DR
Julien Bonnet, avec Top Gear