BFM Auto

La première Google Car prend sa retraite

"Firefly", le premier prototype autonome de Google, prend sa retraite cet été.

"Firefly", le premier prototype autonome de Google, prend sa retraite cet été. - Google

Enfin, bye-bye le Pod. Waymo met à la retraite sa flotte de petits véhicules autonomes, pour les remplacer désormais par une flotte de Chrysler Pacifica.

Avec sa bouille ronde, et son lidar sur le toit, elle ne restera pas dans les mémoires pour son design. La Google Car figurera pourtant en bonne place dans l’histoire automobile, comme l’un des outils de la seconde révolution vécue par le secteur, après sa création au tournant du XXe siècle. Cette petite voiture a en effet marqué le développement des voitures autonomes.

Une "luciole" autonome

Mais même en pleine révolution, certains fondamentaux de l’automobile demeurent, comme le changement de modèle. Après 4 ans de service, Waymo, le nom de la filiale de Google dédiée à la conduite autonome, remplacera cet été sa flotte de petites voitures, ont annoncé dans un post YooJung Ahn, designer en chef, et Jaime Waydo, ingénieur systèmes en chef chez Waymo.

Baptisé "Firefly" (luciole en anglais), le petit Pod rond blanc et gris laissera la place à une flotte de Chrysler Pacifica. Ces vans ressemblent définitivement plus à des véhicules grand public, que la Firefly, mais lui doivent beaucoup. "Ils seront équipés de notre dernière génération de radar, de Lidar et de caméras, et d’une toute nouvelle plateforme d’intelligence artificielle, encore plus réactive", commentent les deux ingénieurs.

Une conception maison

Google a développé le concept de Firefly en 2013 en interne, pour embarquer l’ensemble de ses technologies, sans passer par un constructeur classique. Que la raison de ce développement soit la volonté d’aller vite, de se passer des grandes marques, ou encore de ne pas avoir la lourde tâche de démonter entièrement un véhicule de série, la création de la Firefly a permis à Google d’avancer rapidement et de bousculer les lignes dans le domaine de la conduite autonome.

En 2015, les tests sur route ouverte de la Firefly ont débuté en Californie, et depuis, la flotte de petits modèles a parcouru plusieurs millions de kilomètres (3,2 millions fin 2016). Google testait en parallèle une flotte de SUV Lexus. Avec cette voiture, Google a aussi exercé son lobbying sur la législation américaine: la voiture doit-elle avoir un permis? Doit-elle encore avoir des roues ou un volant? Comment l’homologuer? Certains exemplaires rejoindront bientôt le Computer History Museum de Mountain View, en Californie, d’autres serviront lors d’évènements technologiques.

Pauline Ducamp