BFM Auto

Bientôt le retour de la vignette?

Lancée en 1956, la première vignette a duré jusqu'en 2000. Elle pourrait être relancée, mais cette fois non plus pour financer les retraites, mais l'entretien des routes.

Lancée en 1956, la première vignette a duré jusqu'en 2000. Elle pourrait être relancée, mais cette fois non plus pour financer les retraites, mais l'entretien des routes. - AFP

Un comité d’experts, formé à la demande du ministère des Transports, travaille sur l’état des routes en France. L’une des pistes étudiées serait le retour de la vignette pour financer la rénovation des axes routiers.

18 ans après sa suppression, la vignette serait bientôt de retour. Selon des informations de nos confrères du Parisien, le ministère des Transports étudierait cette hypothèse, via un groupe d’experts chargé de travailler sur l’état du réseau routier. La vignette ne servirait plus à financer les retraites, mais à entretenir les routes, à l’image des vignettes mises en place sur les poids lourds dans d’autres pays européens comme l’Allemagne.

"Notre réseau routier est en danger, explique au Parisien Hervé Maury, sénateur de l’Eure et membre du groupe de réflexion. Il est temps de tirer la sonnette d’alarme avant qu’il ne soit trop tard".

"Proche du point de rupture"

En quelques années, la qualité des routes françaises s’est en effet dégradée. Selon le Global Competitiveness Report 2017/2018 du Forum Economique Mondial, la France ne se classe qu’au 7e rang pour la qualité de ses routes. En 2012, l’Hexagone était premier. Le Forum Economique Mondial met en avant ici en avant la dimension économique de la qualité des routes. Pour établir ce classement, l’institution se base en effet sur des questions posées à plus de 14.000 dirigeants, telle que "Dans votre pays, quelle est la qualité des routes?".

Le ministère des Transports comme les professionnels des travaux publics mettent eux aussi en avant le facteur sécurité. Ainsi, déjà en 2015, Bruno Cavagné, président de la Fédération nationale des travaux publics (FNTP) tirait déjà la sonnette d’alarme.

"Il faut tenir un discours de vérité, lançait-il en décembre 2015, comme le rapporte le magazine spécialisé Le Moniteur. Le niveau d’usure de nos routes est proche du point de rupture. Nos routes sont au cœur de la compétitivité économique. Elles doivent devenir une priorité nationale".

Jacques Tavernier, président de l’Union des Syndicats de l’Industrie Routière Française (USIRF) soulignait alors déjà que "l’activité de l’industrie routière avait chuté de 30% en 5 ans".

Entre 75 et 125 euros par voiture

Selon Le Parisien, le montant de la vignette pourrait s’échelonner entre 75 et 125 euros. Le groupe de travail compte ainsi récupérer jusqu’à 5 milliards d’euros par an. Aucun détail n'est pour le moment dévoilé sur les catégories de véhicules concernées.

Sur les 3477 tués sur la route en 2016, 2188 l'étaient hors agglomération, notamment sur les routes départementales et nationales. En 2014, le comité des experts du Conseil National de la Sécurité Routière recommandait déjà de prendre en compte la qualité de l’infrastructure pour mener des politiques de sécurité routière. Le comité recommandait notamment l’installation d’un meilleur marquage au sol sur les routes dangereuses, comme plus de panneaux de signalisation ou des bandes avec systèmes d’avertissement sonore comme sur les autoroutes. Le coût de cette amélioration du marquage au sol se montait à 650 millions d’euros.

L’association 40 Millions d’Automobilistes a elle interrogé les conducteurs sur les dangers rencontrées sur les routes françaises. La signalisation incohérente (50%), une intersection mal aménagée (46%) ou encore les accotements (38%) font partie des éléments les plus dangereux. Les marques effacés (26%) ou les nids-de-poule (18%) font aussi partie des dangers noter par les automobilistes. L’association lance d’ailleurs ce lundi une application de signalement des routes dangereuses. Les automobilistes pourront pointer via l’appli les dangers rencontrés lors de leurs trajets. Le gouvernement n’a pour l’instant donné aucune date pour le retour de la vignette. Le 18 janvier doit se tenir un Comité interministériel de la sécurité routière, annonçait la semaine dernière Le Figaro, où un certain nombre de décision devrait être annoncé.

Pauline Ducamp