BFM Auto

8,2 millions de pastilles Crit’Air commandées

Réellement obligatoires depuis début juillet, la pastille Crit’Air a déjà trouvé sa place sur 8,2 millions de voitures particulières et de petits utilitaires en France, mais aussi à l’étranger. Près de la moitié des vignettes concernent des modèles essence récents, ou des diesel d’à peine 10 ans.

Dix mois après son lancement, la vignette Crit’Air semble être un succès. Sur un parc de 38 millions de voitures et d’utilitaires légers, 6,31 millions de véhicules particuliers portent désormais un certificat qualité de l’air (de son nom officiel). Au total, en comptant les pastilles commandées par des professionnels, 8,2 millions de certificats Crit’Air ont au total été commandés, selon des chiffres du ministère de la Transition écologique et solidaire.

"Ces chiffres ont deux explications. Tout d’abord la contrainte, lors des pics de pollution, de disposer de cette vignette pour pouvoir circuler, comme à Paris. Les nombreux épisodes de pollution ont de plus été très médiatisés, commente Flavien Neuvy, économiste et directeur de l’Observatoire Cetelem de l’Automobile. Ensuite, la faible somme d’achat (4,18 euros, ndlr) fait que l’effort n’est pas insurmontable pour acquérir la vignette".

En Ile-de-France et Rhône Alpes

Sans surprise, c’est en Ile-de-France que les automobilistes ont le plus acheté de vignettes Crit’Air: 3,177 millions sur les 8,2 millions de pastilles. En région parisienne, 41,2% des voitures immatriculées sont ainsi porteuses d'une pastille, suite à l'obligation faite par la municipalité d'Anne Hidalgo pour circuler dans Paris de porter la pastille.

Depuis le 1er juillet 2016, date d'entrée en service des pastilles, les voitures de plus de 20 ans, non éligibles à une pastille, ne peuvent en effet plus entrer dans Paris en semaine. Un an plus tard, le 1er juillet 2017, les voitures porteuses d’une vignette grises (la numéro 5) se sont elles aussi vu interdire l’entrée de la capitale. Les automobilistes franciliens risquent sinon 68 euros d’amende, s’ils roulent sans pastille, ou s’ils circulent en pic de pollution avec la mauvaise pastille.

En Ile-de-France, ce sont surtout les Parisiens, qui ont souscrit à la vignette: 545.492 certificats commandés, devant les Hauts-de-Seine (514.579 vignettes) et le Val-de-Marne (401.210 pastilles).

Les régions Auvergne Rhône Alpes, avec 992.688 pastilles commandées au 17 octobre (soit 15,8% du parc régional), et Hauts-de-France, avec 841.246 pastilles (soit environ 17,8% du parc régional désormais équipés), sont les deux autres régions où les pastilles Crit’Air sont les plus nombreuses. Le département du Nord compte à lui seul près de 500.000 commandes. L’agglomération de Grenoble dispose comme Paris d’une Zone à circulation restreinte (ZCR), où les pastilles peuvent être utilisées pour réguler la circulation lors des pics de pollution.

Une pastille sur deux est de couleurs jaune

Sur les 8,2 millions de pastilles commandées, pratiquement la moitié est une pastille 2, de couleurs jaunes (43%). La vignette jaune porte sur les voitures essence Euro 4 immatriculées entre le 1er janvier 2006 et le 31 décembre 2010, et les diesel Euro 5 et 6, immatriculés depuis le 1er janvier 2011.

Après les véhicules porteurs de vignette numéro 5 interdits en semaine depuis le 1er juillet, la Mairie de Paris n’a pas encore communiqué sur la suite de son calendrier d’interdiction à la circulation.

Typologie des 8,2 millions de vignettes Crit'Air commandées
Typologie des 8,2 millions de vignettes Crit'Air commandées © BFMTV.com

les chiffres par département en ile-de-france

Paris : 545.492

Hauts-de-Seine : 514.579

Pauline Ducamp, avec Carole Blanchard et Emeline Gaube