BFM Var

Vins-sur-Caramy: un camp de Roms à nouveau installé sur un terrain de la commune

Des Roms sont revenus sur un terrain de 6000 mètres situé à Vins-sur-Caramy, sept mois après avoir quitté les lieux. Le maire assure être impuissant face à cette situation.

Des camionnettes arrivent l'une après l'autre sur un terrain entouré d'arbres et grand de 6000 mètres, situé sur la commune de Vins-sur-Caramy. Des Roms ont installé un campement illégal dans cet endroit du village, qu'ils avaient pourtant quitté sept mois plus tôt.

Des dégâts et de la pollution lors de la première installation

Le maire de la commune d’environ 1000 habitants, assure malgré les demandes des habitants, ne rien pouvoir faire dans l'immédiat face à cette nouvelle installation.

"Ça pèse parce que la population, elle ne comprend pas. Elle s'adresse au maire, alors le maire explique, il explique par écrit, à tout le monde, mais on a l'impression qu'il fait rien. Or, il a respecté le cadre légal des procédures qui sont longues, qui sont peut-être trop longues, mais en tout cas, on a voulu vraiment respecter les lois", soutient Jean-Luc Bonnet, l'édile de la commune.

Lors de la dernière venue de la communauté de Roms à Vins-sur-Caramy, des dégâts conséquents ainsi que de la pollution avaient été engendrés par leur installation. 74.000 euros de frais de reconstitution des sols avaient notamment été nécessaires.

Avoir "un terrain stable"

Récemment, la gendarmerie s’est rendue sur le nouveau campement pour établir des constatations, mais ne peut pas faire partir le groupe de Roms installé. Le maire aimerait, lui, que la législation actuellement en vigueur soit modifiée.

"Le problème se pose sur d'autres communes. Quand une communauté comme ça, qui n'est pas considérée comme des gens du voyage par la préfecture, s'en va, ils vont se trouver dans une autre commune. Donc il faut peut-être régler le problème, et savoir si en France, on est encore maître de nos territoires et de notre destin, ou si on ne contrôle plus rien", souligne Jean-Luc Bonnet.

De son côté, l'association "Paola Solidarité", qui aide la communauté Rom depuis plusieurs années, appelle à trouver des solutions durables d'installation pour ces personnes.

"Ce qu'on demande depuis des années, c'est un terrain stable. Un terrain stable sur lequel on pourrait entreprendre un accompagnement pour éviter tous ces désagréments", demande Josiane Ivaldi, directrice de l'association basée à Fréjus.

Elle souhaite également la mise en place d'une aide pour accompagner les enfants de familles roms à la scolarisation.

"Le fait qu'ils aillent de terrain en terrain, de commune en commune, les enfants ne peuvent pas être scolarisés. Et du coup, on ne peut pas avoir tout cet accès à l'instruction qui pourrait les aider à évoluer également et peut-être à changer de pratiques", explique Josiane Ivaldi.

La municipalité de Vins-sur-Caramy avait déposé une plainte il y a six mois concernant la première occupation illégale du terrain. Elle envisage d'entamer de nouvelles procédures dans les prochains jours.

Thomas Bernabé avec Gauthier Hartmann