BFM Var

Var: trois familles menacées d'expulsion à moins d'une semaine de la trêve hivernale

Le 11 octobre dernier, ces foyers ont reçu un courrier de la préfecture en raison de loyers impayés. Si deux d'entre eux ont depuis bénéficié d'un réexamen de leur dossier, ce n'est pas le cas de Marie, veuve et dans l'incapacité de travailler.

Elles vivent avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête depuis le 11 octobre. Trois familles résidant à la cité Berthe, à la Seyne-sur-Mer (Var), ont reçu ce jour-là un ordre d'expulsion, deux semaines avant le début de la trêve hivernale, prévue le 1er novembre prochain, en raison de loyers impayés.

À ce jour, aucune proposition de relogement n'a été faite à ces trois familles. Après réexamen de leur dossier, deux d'entre elles seront néanmoins épargnées jusqu'au 1er avril prochain.

C'est le cas de famille de Joséphine. Endettée depuis 2017, vivant avec un mari invalide et cinq enfants, dont un en situation de handicap, elle témoigne: "Ça fait cinq ans que je suis expulsable. On ne m'a pas relogée. J'ai fait des demandes de partout: dans les particuliers, dans les privés, la mairie, l'assistance sociale... Je ne suis pas restée qu'assise, ce n'est pas vrai", jure-t-elle.

Un mur administratif

Marie, en revanche, est toujours sous le coup de la menace d'expulsion. Veuve depuis 2015, elle n'a jamais touché la pension de réversion de son époux. Après avoir subi 14 opérations, elle est aujourd'hui dans l'incapacité de travailler.

Malgré ses démarches pour obtenir un logement plus petit et moins coûteux, elle se retrouve face à un mur administratif.

"Il y en a qui ont des petits appartements, qui veulent en avoir un plus grand", explique celle qui souhaiterait procéder à un échange. "Ils m'ont dit qu'il n'y avait rien à faire puisque mon nom n'est pas sur le bail", déplore-t-elle.

"Je ne peux rien faire"

Aujourd'hui, "je fais comme je peux", reconnaît-elle. "Je suis au RSA. Mon loyer est de 512 euros alors que je touche 400 euros. Je ne peux rien faire."

Cette situation révolte Céline Ivaldi, bénévole pour le droit au logement. "À quelque jours de cette trêve, quel est le but ultime de faire expulser des familles? Alors que le froid va arriver, alors qu'il y a une loi, alors qu'il y a tout un tas de process qui auraient dû être mis en place pour que ces gens ne se retrouvent pas dans cette situation-là", fulmine-t-elle.

Marion Colangelo avec Florian Bouhot