BFM Var
Var

Var: accusé de ne pas payer de loyer par un agriculteur, ce locataire se défend

Une plainte a été déposée pour escroquerie. Le locataire risque l’expulsion au 1er avril et le préfet a accordé le concours de la force publique.

Depuis trois ans, un agriculteur des Arcs-sur-Argens (Var) est en procédure judiciaire contre son locataire. Rencontré en novembre dernier par BFMTV, il accusait son locataire d'occuper ce terrain illégalement et de ne pas payer son loyer depuis 2019.

Quelques mois plus tard, alors que la situation n'a toujours pas été débloquée, le locataire a décidé de se défendre au micro de BFM Toulon Var. D'après ce dernier, le propriétaire du terrain s'est fait passer pour un agriculteur, le terrain n'ayant pas été exploité depuis 2008.

"Rapidement on s'est aperçu que le terrain était impropre à son utilisation. Quelques figuiers étaient plantés sur une terre qui était en partie arable sur 1m50 et après remplie intégralement de remblais et de déchets", explique Maître Bruno Perucca, avocat de M. Battaglia à BFM Toulon Var.

"Il a tout intérêt à récupérer ce terrain"

L'avocat explique que le locataire a donc dû demander à la mairie pour enlever la terre et les déchets, "ce qui explique les remblais présents sur le terrain à l'heure actuelle". Il a également dû demander pour pouvoir remblayer la terre pour pouvoir exercer son activité.

"Il est bien évident qu'il (le propriétaire, ndlr) a tout intérêt aujourd'hui à récupérer ce terrain à moindres frais. Ce terrain qui était laissé à l'abandon en termes d'exploitation (...). Aujourd'hui, si il récupère ce terrain, il peut en faire ce qu'il veut", explique l'avocat.

Avant d'ajouter: "L'intégralité du bâti a été complètement rénovée par M.Battaglia, 500 m2. Maintenant il faut voir, pénalement parlant j'ai des éléments qui me paraissent troublants."

Procès en appel

L'avocat explique avoir des "éléments troublants" pénalement, ce qui explique la plainte déposée pour escroquerie par son client. Le locataire risque l’expulsion au 1er avril et le préfet a accordé le concours de la force publique.

Un procès en appel est prévu à Aix-en-Provence le 14 février prochain pour confirmer ou non, l'expulsion de M. Battaglia.

Benoit Ruiz avec Marine Langlois