BFM Business

Jeux vidéo: les jeunes chinois ne peuvent plus jouer en ligne après 22h

Des étudiants chinois participant à une classe de eSport dans la ville de Jinan, le 29 janvier 2018

Des étudiants chinois participant à une classe de eSport dans la ville de Jinan, le 29 janvier 2018 - GREG BAKER / AFP

Le gouvernement chinois entend lutter contre l’addiction aux jeux vidéo des mineurs. Ces derniers seront également soumis à une limite de dépenses selon leur âge.

La lutte des autorités chinoises contre les divertissements numériques se poursuit. D’après un document publié par l’Administration générale de la presse, de l'édition, de la radiodiffusion, du cinéma et de la télévision - organe de régulation chinois - et repéré par The Guardian, les Chinois de moins de 18 ans n’ont plus le droit de jouer en ligne entre 22h et 8h.

Les dépenses également encadrées

Les durées des parties sont également régulées: une heure et demi par jour au maximum en semaine et trois heures par jour durant les week-ends et les vacances scolaires. Par ailleurs, les mineurs sont désormais obligés d’utiliser leur véritable identité pour s’identifier sur les différents jeux.

Comme le rappelle The Guardian, les sommes dépensées en ligne sont elles aussi encadrées: une limite de 25 euros par mois est fixée pour les 8-16 ans, contre 50 euros mensuels pour les 16-18 ans. De nombreux jeux en ligne - comme Fortnite ou Apex Legends - proposent en effet d’obtenir des contenus exclusifs à ceux qui acceptent de débourser quelques euros.

Ces nouvelles règles s’inscrivent dans la politique du gouvernement chinois, qui souhaite limiter l’addiction aux jeux vidéo des plus jeunes.

Dernièrement, les studios de développement ont été contraints d’inclure leurs propres garde-fous. Ainsi, l’éditeur Riot Games, qui appartient au chinois Tencent, a dû limiter à deux heures les parties sur son titre phare League of Legends, pour les moins de 18 ans.

Début 2019, la Chine dévoilait une liste de restrictions visant les contenus des jeux vidéo. Depuis le mois d’avril, les titres exposant du sang, des cadavres, mais également certains jeux d’argent, sont interdits à la vente.

Pour l’heure, la majorité de ces nouvelles règles visent des jeux en ligne, dont l’historique peut être plus facilement suivi par les autorités. 

https://twitter.com/GrablyR Raphaël Grably Chef de service BFM tech