BFM Business

Jeu vidéo: des joueurs privés de compétition à cause de leur soutien à Hong Kong

-

- - Hearthstone

En seulement dix jours, quatre joueurs ont été privés de compétition Hearthstone pour avoir apporté leur soutien aux manifestants hongkongais. L'éditeur du jeu, Blizzard, est détenu à 5% par Tencent, le géant chinois.

La gronde ne risque pas de s’éteindre. Trois joueurs de Hearthstone, le jeu de cartes gratuit sorti en 2014, ont été interdits cette semaine de participer pendant six mois au “collegiate championship Hearthstone”, un tournoi universitaire. Leur tort: avoir brandi au cours d'une partie une pancarte “Free Hong Kong, boycott Blizz”, en soutien aux manifestants hongkongais. Le trio appelait également au boycott de Blizzard, l’éditeur de Hearthstone, une entreprise américaine. L'un d'eux a publié sur son compte Twitter des captures d'écran du mail annonçant leur exclusion. 

L’incident s’inscrit dans un contexte épineux. Il y a dix jours, un joueur professionnel du jeu de carte, Chung "Blitzchung" Ng Waifor, était exclu pendant un an de la ligue Grandmasters, le niveau le plus élevé. Deux jours auparavant, le joueur hongkongais avait soutenu les manifestations pro-démocratie dans une interview. Les 10.000 dollars qu’il avait gagnés pendant la saison lui ont également été confisqués.

Pourquoi de telles sanctions? 

Activision Blizzard, l’éditeur de Hearthstone, est une entreprise américaine dont 5% du capital est détenu par le chinois Tencent. Après l’exclusion du joueur hongkongais, les fans ont appelé au boycott du jeu, accusant l’entreprise d’être à la botte de son actionnaire pourtant minoritaire. 

“Le point de vue exprimé par Blitzchung n'a pas pesé dans notre décision. (...) Notre relation avec la Chine n'a eu aucune influence dans notre décision", s'est défendu J. Allen Brack, président de Blizzard Entertainment. "Si un point de vue opposé avait été formulé de la même façon délibérée et clivante, nous aurions réagi de la même façon."

L’exclusion est justifiée par un point du règlement qui interdit "de se discréditer publiquement, d’offenser une partie ou un groupe du public, ou de nuire de quelque façon à l’image de Blizzard".

Des fans appellent au boycott 

Depuis plus d’une semaine, des messages appelant au boycott du jeu inondent la section du forum Reddit qui lui est dédiée. Mark Kern, l’un des créateurs du jeu World of Warcraft également édité par Blizzard, a rejoint le mouvement de contestation. Des employés en Californie ont manifesté avec des parapluies, symboles de la contestation des hongkongais, devant les locaux de leur employeur. 

jeu vidéo Reddit
jeu vidéo Reddit © Reddit

Le géant chinois Tencent détient également 40% des parts d’Epic Games, l’éditeur du jeu Fortnite. Dans la foulée des polémiques, son PDG Tim Sweeney a assuré sur Twitter qu’une situation similaire ne pourrait se produire. “Epic soutient les droits des joueurs et créateurs Fortnite à parler de politique et des droits de l’Homme”, a-t-il écrit.

En plein ouragan médiatique, Blizzard a annulé le lancement du jeu Overwatch sur la Nintendo Switch, qui devait avoir lieu mercredi 16 octobre à New York. 

https://twitter.com/Pauline_Dum Pauline Dumonteil Journaliste BFM Tech