BFM Business

Incendie, électrocution: de nombreux chargeurs pour smartphones se révèlent dangereux

-

- - Pixabay

Les alternatives aux chargeurs des fabricants de smartphones se multiplient. Dans une enquête, l'association de consommateurs UFC-Que Choisir révèle qu'il vaut mieux s'en méfier.

Perte, casse, vol… Autant de situations qui peuvent conduire à racheter un chargeur de smartphone. Beaucoup seraient tentés de se tourner vers des modèles moins onéreux que les accessoires "officiels", qui coûtent généralement aux alentours de 30 euros (voire 50 euros chez Apple). Non sans risque.

D'après les tests de l'association UFC-Que Choisir, ces chargeurs "alternatifs" - achetés en boutique ou sur le Web - cumulent les risques d’incendie, de chocs électriques ou de blessures corporelles.

Sur vingt produits, seuls quatre se sont révélés conformes. Les trois quarts n’affichaient pas le bon marquage (CE, norme d’identification, symbole de la “maison” pour indiquer une utilisation en intérieur…). Plus de la moitié présentaient des défauts de sécurité électrique pouvant mener à des incidents comme des départs de feu, d’électrisation et même, d’électrocution

De bons élèves à bas prix

Enseignement principal: le prix ne fait pas la qualité. Parmi les chargeurs jugés sans danger et conformes, des modèles Samsung, Essentiel B de chez Boulanger, Homday, trouvé chez Gifi, et Tekmee de la Foir’fouille. Mis à part celui du fabricant de smartphones coréen, les autres coûtaient moins de 8 euros.

Parmi ceux qui sont sans danger mais ne respectent pas les obligations de marquage, on retrouve le chargeur Apple (absence du symbole “maison” et celui qui réfère à la double isolation n’est pas expliqué), un modèle trouvé chez Auchan, et deux chargeurs vendus dans les magasins Action. 

Du côté des mauvais élèves, c’est-à-dire ceux qui présentent des défauts de conception (soudure insuffisante, câble défaillant): des modèles vendus chez Leclerc, Darty et Electro dépôt. L’UFC-Que Choisir conseille de “s’en débarrasser au plus vite dans un point de recyclage”.

Eviter les vendeurs tiers 

Enfin, huit produits sont jugés “carrément dangereux” car ils risquent de provoquer des courts-circuits et des départs d’incendie. La majorité sont des chargeurs vendus par des vendeurs tiers sur les marketplaces (places de marché) de la Fnac ou d’Amazon.

Pour rappel, les marketplaces sont des espaces réservés à des entreprises partenaires, responsables de leurs propres stocks. Pour le consommateur, la différence est parfois difficile à voir au moment de l'achat. Ces vendeurs sont généralement basés en Chine et très peu contrôlés.

La plupart des chargeurs dangereux passent les douanes grâce à des certificats de conformité CE élaborés par des laboratoires chinois peu regardants. Quant aux produits trouvés sur des marketplaces, ils sont envoyés au compte-goutte, rendant leur interception par les douanes quasiment impossible, comme nous l’expliquions dans un article sur les produits expédiés par Wish et Aliexpress

Pour ne prendre aucun risque avant d’utiliser un chargeur, mieux vaut vérifier si le marquage est bien respecté. La liste des dix mentions obligatoires est à retrouver sur le site de l’UFC-Que Choisir.

Par ailleurs, l’association de défense des consommateurs conseille de ne pas laisser son smartphone en charge la nuit, de ne pas le poser sur une couette ou sur un tapis, de ne jamais laisser le chargeur branché sur secteur en dehors des utilisations, de toujours préférer le chargeur d’origine, ou, à défaut, d’utiliser celui de sa tablette. 

https://twitter.com/Pauline_Dum Pauline Dumonteil Journaliste BFM Tech