BFM Business

Comment les anti-Linky protègent coûte que coûte leur ancien compteur électrique

BFM Tech
Le Ministère de la Transition écologique et Solidaire a récemment rappelé qu'Enedis ne pouvait installer de compteurs Linky en violant le droit de propriété. Cette exception à la règle, bien connue des anti-Linky, conduit à un large panel de techniques pour rendre les anciens compteurs électriques hors de portée des équipes de pose.

Ils sont accusés par leur détracteurs d'exercer une surveillance intrusive de leurs habitudes de vie, voire de nuire à leur propre santé, en raison des ondes qu'ils émettent. Les compteurs Linky n'ont cessé d'être controversés depuis leur déploiement, lancé dès 2013. Tant et si bien que certains s'opposent à leur mise en place. 

Refuser l'installation d'un compteur Linky ne peut en réalité se faire que dans un cadre très restreint. Dans une réponse parlementaire, le 4 février, le Ministère de la transition écologique et solidaire est venu rappeler que, dès lors qu'un client refusait l'accès à son compteur, les équipes de pose ne pouvaient pas procéder à son remplacement. Le droit de propriété prévaut ainsi, pour les compteurs n'étant pas situés dans l'espace public, ni dans un endroit facilement accessible. 

Des tutoriels dédiés

Sur le terrain, les équipes d'Enedis se confrontent à plusieurs cas de figure. Ils peuvent ainsi trouver porte close, dans la minorité cas où les compteurs électriques sont situés à l'intérieur d'un domicile. "Il suffit dans ces cas-là de mimer l'absence et de ne pas répondre aux coups de fil pour la prise de rendez-vous", explique auprès de BFM Tech un anti-Linky ayant décliné les sollicitations d'Enedis

Le refus gagne en complexité dès lors que les compteurs sont situés à l'extérieur. Sur les groupes Facebook de récalcitrants aux compteurs Linky, des tutoriels ont été mis à disposition pour montrer de quelle façon protéger au mieux son ancien compteur et empêcher ainsi son remplacement. 

Il s’agit, dans la plupart des cas, de cadenasser son compteur, de le dissimuler sous une structure métallique ou d’y apposer un écriteau soulignant l’interdiction d’enfreindre une propriété privée. "Refus légal, pose forcée = infraction", peut-on ainsi lire sur certains compteurs jalousement protégés.

"Dès que j'ai reçu un courrier d'Enedis m'annonçant la prochaine pose du Linky, j'ai mis une plaque de refus et verrouillé la porte avec un cadenas inviolable", relate un anti-Linky sur un groupe consacré à ce sujet, en ajoutant qu'Enedis ne s'est par la suite pas montré particulièrement insistant.

Pour certains, la mise à l'abri des anciens compteurs peut passer par un mur de béton, ne laissant apparaître que le tableau, des barreaux anti-effraction ou encore par le simple fait de brancher leur compteur sur l'alarme de leur domicile. "Les milices d'Enedis n'ont absolument pas le droit de casser votre matériel (chaînes, cadenas, barres, briques, etc). Si ces voyous s'autorisent quand même à le faire, vous pourrez les attaquer en justice avec la certitude de gagner", assure Stop Linky sur son site

En novembre 2019, des résidents de Niort en étaient venus à barricader leurs anciens compteurs, avant de menacer de s’y enchaîner. Des barres de fer vissées aux murs entourant leurs compteurs avaient pour l'occasion été installées.

Que peut Enedis face à cela? Sur son site, l'entreprise rappelle que les compteurs électriques n'appartiennent pas aux usagers, mais aux collectivités locales qui lui concèdent leur gestion, et donc leur entretien et leur remplacement. "Il n'est donc pas possible de refuser l'installation du compteur Linky, et les tentatives pour retarder ou entraver ces installations ne sont pas sans conséquence pour les récalcitrants", prévient l'opérateur.

Un blocage potentiellement dangereux

En cas "d'obstruction persistante" au remplacement de compteur, un dispositif est par ailleurs prévu. Les récalcitrants seront soumis à un "relevé spécial" et devront payer des "frais d'intervention supplémentaires". Ces annonces ont déjà pris effet. En 2017, dans l'Ariège, un "barricadeur" de compteur a écopé d'une amende de 2.300 euros, au titre du préjudice matériel causé à l'entreprise. 

Mais pour Enedis, qui assure à BFM Tech que ses techniciens et partenaires "respectent en toutes circonstances le droit à la propriété privée pour accéder aux compteurs électriques inaccessibles depuis la voie publique", l'attitude de certains militants anti-Linky peut se révéler dangereuse.

"En entravant l’accès à un compteur, un client se met en danger, tout comme il met en danger son entourage et ses biens. En effet, en cas d’incendie, Enedis comme les pompiers doivent pouvoir accéder à tout moment au compteur afin de mettre l’installation en sécurité. Nous avons déjà constaté des cas qui auraient pu être dramatiques. Suite à un départ de feu dans l’Ariège par exemple, les pompiers ont mis 10 minutes à accéder à un compteur dont l’accès était entravé par un client refusant Linky" relate l'entreprise.
https://twitter.com/Elsa_Trujillo_?s=09 Elsa Trujillo Journaliste BFM Tech